janvier 21, 2017

Youssef Britel continue de creuser dans l’histoire du Maroc

Youssef Britel continue de creuser dans l’histoire du Maroc

Bien que d’autres réalisateurs aient déjà abordé l’histoire du Maroc, Youssef Britel n’a nullement l’intention de se démarquer d’eux. Il lui importe de «transmettre des messages autour de l’histoire du Royaume, ayant une monarchie d’environ treize siècles, aux jeunes générations».

Le réalisateur marocain, Youssef Britel, se penche sur plusieurs projets à la fois. D’abord, il prépare son troisième long-métrage sur l’histoire du Maroc après celui de la Marche Verte et celui dédié à la défunte artiste-peintre, Chaïbia. Quant au nouveau film, il sera, selon Youssef Britel, consacré au Roi Mohammed V. «Mon prochain film remontera également à la période de la Deuxième guerre mondiale», précise à ALM le réalisateur qui n’a pas préféré dévoiler beaucoup de détails sur sa nouvelle production en phase d’écriture et qui alliera également des co-producteurs américains.

Bien que d’autres réalisateurs aient déjà abordé l’histoire du Maroc, Youssef Britel n’a nullement l’intention de se démarquer d’eux. Il lui importe de «transmettre des messages autour de l’histoire du Royaume, ayant une monarchie d’environ treize siècles, aux jeunes générations». «J’aime bien faire des films pour raconter l’histoire de mon pays avec des costumes de l’époque».  Outre ce nouveau long-métrage, le réalisateur vient de terminer l’écriture d’une série abordant la situation des personnes âgées au Maroc sous un angle juridique notamment. «Nous avons, mon équipe et moi, décortiqué des lois dans ce sens. Parallèlement, la série parle davantage de la famille bien qu’il y ait des foyers de l’INDH», détaille Youssef Britel qui précise que cette nouvelle série rentre dans le cadre des appels à projets pour la télévision.

Interrogé sur son point de vue à l’égard des productions télévisées, le réalisateur indique: «il est vrai que les appels d’offres nous permettent d’avoir un temps de réflexion. Par contre, le public marocain, qui n’est pas bête, doit, hélas, souffrir avec nos télévisions puisque la production nationale s’est dégradée ces deux dernières années». «Il faut redonner un coup de jeune à la télévision, voire au CCM en y plaçant des professionnels», enchaîne-t-il en précisant travailler également sur un nouveau documentaire historique. «C’est sensible comme idée», poursuit Youssef Britel qui ne préfère pas, là aussi, dévoiler de détails à propos de ce documentaire qui sera allié à la fiction tout comme un film cinématographique.

L’ensemble étant alimenté par des témoignages. «Ce sera l’histoire d’un jeune âgé de 15 ans qui a perdu son père dans les camps de Tindouf. Au fil des faits, ce jeune deviendra sportif», conclut le réalisateur. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *