Cité des sciences à Tanger : Regain d’espoir pour le projet

Cité des sciences à Tanger : Regain d’espoir pour le projet

D’une enveloppe budgétaire de plus de 300 millions de dirhams

La mise en place de la future cité relève d’un enjeu d’ordre scientifique, économique, technologique, sociétal et entrepreneurial.

Annoncé officiellement au début des années 2000, le projet de création d’un grand centre de culture scientifique à Tanger semble se concrétiser. A cet effet, il vient d’être l’objet d’une rencontre réunissant les représentants du bureau communal de la ville, présidé par le maire Mohamed Bachir Abdelaoui, avec ceux de la fondation Sigma pour l’éducation, initiatrice de ce projet, baptisé «Cité des sciences et des arts». Cette rencontre, organisée à la demande de Mohamed Semlali, président de ladite fondation et en même temps du Club Unesco de Tanger, s’assignait comme objectif principal de discuter des moyens permettant à la future cité de voir le jour. Il a été, à cette occasion, question pour les deux côtés d’examiner «les possibilités et moyens de la commune de Tanger pour contribuer à la réalisation de ce projet», indique l’équipe en charge de ce dossier au sein de la mairie de Tanger, et ce à l’issue de cette rencontre.

Très attendu par la population tangéroise, ce projet – qui relève d’un enjeu d’ordre scientifique, économique, technologique, sociétal et entrepreneurial – est prévu initialement de s’étendre sur 6 hectares (sur la baie de Tanger) et pour une enveloppe budgétaire totale de plus de 300 millions de dirhams. Le projet pourrait comporter certaines modifications pour être en réelle adaptation avec le grand dynamisme que connaît Tanger. D’ailleurs, la commune et la fondation Sigma ont convenu, lors de cette rencontre, de procéder à l’étude, l’actualisation et la mise à jour de ce projet. Les deux parties ont proposé la mise en place d’une équipe de travail, constituée des représentants du Club de l’Unesco et de ceux de la mairie de Tanger, afin de permettre à ce grand centre de voir le jour.

Il est à rappeler que ce projet permettra à la capitale du Nord de rejoindre les autres grandes villes, comme Grenade, Paris, Berlin et Tunis, qui abritent des cités des sciences. Et depuis l’annonce officielle de ce projet, la fondation Sigma a toujours manifesté son souhait de sceller des accords de partenariat avec des partenaires nationaux et étrangers pour pouvoir le faire sortir de l’impasse. D’autant que l’Unesco avait donné, en 2005, dans le cadre de son activité de la popularisation de science, une suite favorable à la mise en place de la future cité. Celle-ci comportera, comme il a été annoncé auparavant, un aquarium, un parc botanique, un musée, un planétarium et un cinéma Imax, et ce dans le but de susciter la curiosité des jeunes et les pousser à s’intéresser aux sciences. «La cité des sciences sera un espace vivant, interactif, dans lequel le visiteur, enfant, jeune ou adulte, citoyen résident ou de passage, évoluera à son rythme, plutôt en acteur qu’en spectateur, aidé dans sa visite par un réseau d’animateurs scientifiques confirmés», selon les initiateurs de ce projet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *