Clôture des 3èmes Assises du cinéma

Clôture des 3èmes Assises du cinéma

Le rideau est tombé, jeudi soir, sur les 3èmes Assises du cinéma tenues du 16 au 18 octobre à Rabat. Un événement couronné par la présentation de recommandations formulées par les participants à neuf ateliers organisés lors de cette manifestation. Il en ressort, entre autres, la nécessité de revoir la loi relative à l’organisation de l’industrie cinématographique émise en 2001, la valeur consacrée à la promotion des films marocains, l’équipement numérique et la formation du personnel du laboratoire du Centre cinématographique marocain. Les participants ont également revendiqué le soutien à la création de salles de cinéma en mettant à niveau celles déjà existantes avec la contribution des collectivités territoriales et en partenariat avec le ministère de la culture. Dans ce cadre, un appel a été lancé pour la création d’un code consacré aux distributeurs et gérants des salles et pour la mise en œuvre des travaux du comité national chargé de la lutte contre le piratage, ainsi que la création d’un arsenal juridique relatif à ce phénomène.
Aussi, il a été recommandé de créer une charte d’honneur entre les professionnels du cinéma en mettant à jour le statut organisant le métier de technicien. Les participants aux 3èmes Assises nationales ont, en outre, formé le vœu de créer un comité national pour la coordination en matière de formation et formation continue entre les ministères de la communication, de l’enseignement supérieur, de l’éducation nationale, de l’emploi et de la formation professionnelle, de la culture et la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, ainsi que le Centre cinématographique marocain. Ils ont, de surcroît, revendiqué de transformer la 7ème chaîne relevant de la SNRT «d’une chaîne d’émission à une chaîne productrice de programmes» en la dotant des moyens financiers, techniques et humains pour constituer une interface nationale et internationale pour la promotion du cinéma marocain.
En outre, les intervenants ont appelé à la création d’un conseil national indépendant dédié aux droits d’auteur pour contribuer à la mise en œuvre des lois en la matière.
Pour sa part, Mustapha El Khalfi, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, a considéré ces recommandations comme une plate-forme pour la mise en place d’un plan d’action pour un «nouveau départ» du cinéma au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *