Clôture en harmonie de Sting

Clôture en harmonie de Sting

C’est sous un ciel clair, une lune fière, un Rabat radieux et magique, avec un public aux anges et accompagné d’ un Orchestre philharmonique marocain au complet avec ses 80 musiciens, que Sting a clôturé la 9ème édition de Mawazine. Ce samedi 29 mai était résolument le rendez-vous phare de tous les mélomanes et connaisseurs du répertoire de « l’englishman » tant attendu à Rabat, ce gentleman, artiste engagé à la voix suave, la musique recherchée fleurtant tout en finesse avec le jazz, le rock, les musiques du monde et bien sûr la musique classique. Et l’OPM accompagné aussi du Marocain Rhani Krija, percussionniste virtuose attitré de Sting a montré au public comment les musiciens classiques jouent avec énergie des rock and roll comme «Next to you» ou encore «Message in a bottle»… Aussi c’est en chœur que les refrains familiers de titres comme «Every breath you take» ou «cheap of me heart» ont été chantés par le public. «J’espère que mon expérience avec l’orchestre marocain sera une nouvelle aventure heureuse», avait confié Sting quelques heures avant le concert lors d’un point de presse. Et elle a été fructueuse, cette expérience qui s’ajoute au palmarès de l’OPM, un orchestre qui confirme au fur des rencontres et des aventures son prestige international et son professionnalisme. Des rencontres entre des artistes ou formations marocaines et de grands noms internationaux que les organisateurs de Mawazine veillent toujours à programmer. Seul bémol lors de ce concert de Sting, la sonorisation manquait de puissance au début du concert. Un hic rencontré lors du spectacle offert par Julio Iglesias, se rappelle-t-on entre festivaliers. «Sono, Sono, Sono!», s’exclamaient ceux-là qui ne voulaient pas qu’un vilain souci technique les empêche de savourer une belle reprise d’une «Roxanne», si chère à leurs cœurs» rapporte-t-on dans une dépêche de la MAP. Par ailleurs, quelques heures avant son show, Sting a fait savoir ce n’est pas la première fois que Sting foule le sol marocain. «J’aime le Maroc, c’est un pays merveilleux et pittoresque et son peuple est adorable. J’y étais, il y a vingt ans, en compagnie du rocker Bruce Springsteen. Nous étions à Casablanca, Rabat et Marrakech.A l’époque, on ne nous reconnaissait pas, c’était très amusant», a-t-il dit. Invitant des artistes du calibre d’un BB King âgé de 84, roi du blues, Sting, Santana et autres… Mawazine 2010, comme à chaque édition, a été le festival des légendes vivantes. C’est aussi le festival de tous les Rbatis, ainsi que des Marocains à travers la transmission des concerts sur les deux chaînes nationales.

Sting, un artiste engagé
Fils d’un laitier de Newcastle, en Angleterre, Sting était professeur, avant de se consacrer à la musique. Il a rencontré Stewart Copeland et le guitariste Andy Summers pour former ensemble The Police en 1977. Le groupe est rapidement devenu  célèbre, tant au Royaume-Uni qu’aux États-Unis. En tant qu’artiste solo, il a gagné 11 autres Grammys, entre autres distinctions.  L’appui de Sting pour les organisations des droits de l’Homme tels que la Fondation Rainforest, Amnisty Internationale et Live Aid est reflété par le rayonnement universel de son art. Sting a d’ailleurs fondé la Rainforest Foundation en 1989 avec sa femme Trudie Styler qui lutte pour la protection des forêts tropicales et les peuples autochtones qui y vivent.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *