Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi

Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi

Bien que Khatibi ait été réservé, souvent silencieux, parfois incompris, il a su imposer ses idées au fil des années et ses ouvrages nombreux et importants attestent de sa large contribution à la littérature universelle.

La pensée du célébrissime intellectuel Abdelkébir Khatibi est ressuscitée le temps d’un colloque international qui se poursuit jusqu’au 22 mars à Rabat. Un événement initié par l’Académie du Royaume du Maroc et l’Université internationale de Rabat pour rendre un hommage posthume à ce penseur éminent. Cet honneur se veut, selon les initiateurs, «une tentative de réponse et une réhabilitation d’une de nos mémoires intellectuelles et culturelles les plus fécondes». Mieux encore, les organisateurs veulent mettre en lumière la «curiosité» intellectuelle du défunt. «Il devait, au Maroc, sa naissance, son nom, son identité initiale, son histoire, sauf le récit de sa liberté d’esprit», indique la même source en citant les propos de Khatibi.   

La liberté de pensée mise en lumière

«C’est précisément cette liberté que nous souhaitons explorer, reparcourir en sa compagnie avec cette hospitalité intellectuelle qui lui était coutumière et cette courtoisie des mots sculptés dans la nuance», détaillent les initiateurs. La même source précise également que le défunt, décédé en mars 2009, portait sur le monde un regard perspicace, pertinent, sensible et lucide. Aussi, les pérégrinations de ce penseur, toujours à l’affût de nouvelles quêtes, invitent, comme l’explicitent les organisateurs, la pensée curieuse de l’Autre au partage des ressources du langage dans une intimité sans complaisance, convaincu que ce sont les intellectuels qui rendent possible le passage de l’action en œuvre quelle que soit la nature de celle-ci.

Virée sur l’engagement du penseur

«Seule l’œuvre permet d’entretenir la mémoire et tout artiste, qui y contribue, devient un intellectuel engagé», commentent les organisateurs. Bien que Khatibi ait été réservé, souvent silencieux, parfois incompris, il a, selon la même source, su imposer ses idées au fil des années et ses ouvrages nombreux et importants attestent de sa large contribution à la littérature universelle. D’ailleurs, il écrivait en français. Il était également traduit dans plusieurs langues ; c’est ainsi qu’il a pu toucher un public aussi large qu’éclectique. «Car Abdelkébir Khatibi, c’est aussi l’homme d’un ensemble de disciplines et de divers genres littéraires. L’intellectuel romancier, poète et dramaturge est une figure de proue contemporaine dont la pensée est au coeur de notre modernité», enchaînent les organisateurs.

Un intellectuel en avance sur son temps

Comme ils le précisent, Abdelkébir Khatibi fut, bien avant la création du concept de littérature-monde, à l’avant-garde des changements de mentalités et de perceptions. Il doit cela, selon la même source, «à une personnalité d’honnête homme au sens que lui donnait le siècle des Lumières, à un lecteur curieux et infatigable découvreur de textes». Il était, en fait, un «traverseur» exigeant entre les cultures et les sociétés. C’est pourquoi il incarnait le sens de la liberté engagée. En tant que penseur hors frontières, il a cheminé entre la sociologie, la philosophie, la psychanalyse, la création et la critique littéraire avec plus d’une trentaine de livres.

Son apport au pays

«Progressivement et contre des idéologies pugnaces et offensives, il a initié et développé au Maroc, en particulier, une stratégie d’écriture fondée sur la non-violence, éprise des marges, respectueuse de la différence et résolument tolérante», avancent les initiateurs. Cette stratégie d’écriture, qui réclame de nouvelles lectures et de nouveaux questionnements, est, selon la même source, un legs précieux à l’humanité. C’est pourquoi les organisateurs perpétuent, lors de cet événement intitulé « Abdelkébir Khatibi, quels héritages?», le questionnement autour des thématiques chères au défenseur de l’aimance, de la bilangue et du Maghreb pluriel. Ce sont des écrivains, chercheurs, artistes, universitaires, doctorants, à l’instar d’Abdeljalil Lahjomri, Adonis, Assia Belhabib et Francis Claudon, qui animent, lors de cet événement, un débat fécond, critique et ouvert porteur des héritages possibles de l’œuvre de Abdelkébir Khatibi alimentée par d’autres œuvres qui lui sont proches. «À la faveur d’approches pluridisciplinaires et de connexions entre créateurs, nous souhaitons que cette exploration recouvre les divers champs intellectuels parcourus par l’écrivain qui, de la sémiologie du signe et de l’image à l’essai, en passant par la poésie, le roman et la critique littéraire, composent l’itinéraire d’un penseur cosmopolite», aspirent les initiateurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *