Conférence des intellectuels d’Afrique et de la diaspora

La première conférence des intellectuels d’Afrique et de la diaspora organisée sous le thème « l’Afrique au 21e siècle: intégration et renaissance » s’est ouverte jeudi, à Dakar, avec la participation de plusieurs intellectuels marocains et de plusieurs chefs d’Etat africains. Le président de la Commission de l’Union africaine, M. Alpha Oumar Konaré a ouvert cette conférence, qui se poursuivra jusqu’au dimanche prochain, par un plaidoyer pour la « renaissance » et l’unité de l’Afrique.
Rappelant la lutte menée par les peuples africains contre l’esclavage, la traite négrière et le colonialisme, M. Konaré a affirmé qu' »en dépit des outrages du temps, l’Afrique est encore debout ».
« L’Histoire de l’Afrique est une tragédie », a-t-il dit, insistant sur l’émergence d’une « nouvelle Afrique » garantissant à ses peuples la démocratie, la paix, la citoyenneté « effective », l’émancipation des femmes et la prospérité.
« Plus jamais le Rwanda et surtout pas le Darfour », a-t-il affirmé en allusion aux drames humains causés par ces deux conflits. Abordant les problèmes économiques du continent, il a relevé que « ni l’annulation de la dette, qu’il faut réclamer, ni l’augmentation de l’aide au développement, qu’il faut demander, ne suffiront » pour sortir l’Afrique de la crise. « Il faut, selon lui, chercher de nouvelles sources pour financer le développement ».
Le président sénégalais, Me Abdoulaye Wade a, de son côté, souligné le « hiatus » qui existe entre les intellectuels et les gouvernants, déplorant le fait que l’intelligentsia africaine soit « à l’écart » des décisions politiques.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *