CORALIE CLEMENT, BYE BYE BEAUTE

CORALIE CLEMENT, BYE BYE BEAUTE

De son propre aveu, son premier album aurait pu n’être qu’une passade et c’est ce que souhaitaient tous ceux qui considèrent que Benjamin Biolay s’éparpille et aurait intérêt à se concentrer sur ses propres disques. Mais l’homme à femmes qui chantent a encore frappé et on ne peut que louer son discernement : sa petite soeur coralie Clément, actuellement sous influence new-yorkaise, est la parfaite ambassadrice pour ses chansons sans queue ni tête (un compliment), arc-boutées sur une ossature rock 60’s, et directement héritées de Birkin et Hardy. Miraculeusement malgré l’emprise (Biolay collabore à dix des douze titres servis), Coralie laisse transparaître un joli brin de personnalité et fait même preuve d’une touchante conviction lorsqu’elle susurre les textes sur mesure de « Avec ou sans moi » (cosignée par Thierry Stremler), « Un beau jour pour mourir » ou « Mais pourtant », déroulée en duo avec Daniel Lorca de Nada Surf.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *