«Couleurs culturelles du Maroc» : Une exposition pour récupérer l’identité culturelle du Maroc

«Couleurs culturelles du Maroc» : Une exposition pour récupérer l’identité culturelle du Maroc

Il n’y a pas mieux qu’une exposition pour mettre en valeur les couleurs du Maroc fort marquées par leur richesse et leur diversité. Une variété dévoilée avec succès à travers l’exposition «Les couleurs culturelles du Maroc» dont le vernissage a eu lieu jeudi 15 mars dans une ambiance rythmée par la musique andalouse. Et il n’y a pas mieux que des locaux pittoresques comme la galerie Bab El Kebir perchée près du monument historique les Oudayas à Rabat, pour refléter la pluralité culturelle des couleurs au Maroc. A l’origine de cette exposition de photographies qui s’étalera jusqu’au 10 avril, la société espagnole Innovarte appuyée par la Fondation de la culture islamique (FUNCI) et l’Ambassade d’Espagne au Maroc, en collaboration avec l’Institut Cervantes, le ministère de la culture du Maroc, l’Artisanat du Maroc et la Fondation ONA avec un financement par l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement. Lors de la cérémonie de vernissage, Inés Eléxpuru, directrice de communication à la FUNCI de Madrid, a déclaré à ALM: «C’est une exposition qui montre un travail de recherche scientifique que la société Innovarte mène depuis plusieurs années. Il s’agit de récupérer en quelque sorte l’identité culturelle du Maroc à travers ses couleurs». Des teintes qui figurent, entre autres, à travers les traditions architecturales du Maroc. Selon Mme Eléxpuru, les photographies exposées à la galerie Bab El Kebir sont l’œuvre d’Elisabeth Eguía qui a brillamment révélé la richesse et les harmonies de couleurs.  Ceci étant, «Les couleurs culturelles du Maroc» entre dans le cadre d’un projet revêtant un caractère social. D’ailleurs, cette exposition a été marquée par la présence d’artisans qui ont fait une belle démonstration de peinture sur porcelaine et bois. «Ce projet prétend à améliorer les conditions de vie et l’augmentation des revenus des artisans marocains», explique la directrice de communication. Parallèlement, des ateliers seront destinés aux artisans pour la formation des capacités en vue d’améliorer l’application des couleurs culturelles du Maroc. «Nous souhaitons transmettre à ces artisans l’idée qu’ils font un travail précieux avec des valeurs qu’il faut préserver», a renchéri Mme Eléxpuru. Et de conclure : «C’est très important de dire aux institutions marocaines et internationales qu’il faut préserver cet héritage».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *