Cuisines du monde : Feijoada : saveurs de Rio

Cuisines du monde : Feijoada : saveurs de Rio

Si le plat national est le couscous, le Brésil lui a sa Feijoada. Par la richesse de ses ingrédients, ce plat illustre à lui seul la diversité du pays qu’il représente. Cet ambassadeur culinaire a en effet comme principal caractéristique d’être riche tout comme l’histoire du Brésil. Un pays qui a fêté en 2001 ses 500 ans d’existence. Découvert par l’explorateur portugais Pedro Alvares Cabral en 1501, le Brésil regroupait des populations autochtones, des indiens pour la plupart. Mais, venus dans le but de coloniser le Brésil, les Portugais ont dû amener des esclaves noirs d’Afrique et plus précisément d’Angola pour travailler la terre.
C’est ainsi que ce pays possède aujourd’hui une population métissée et diversifiée. Contactés par ALM des membres de la communauté brésilienne ont déclaré que la Feijoada est à l’image du mélange de culture propre au Brésil. Ce plat est devenu le symbole de l’identité nationale. La Feijoada est composée principalement d’haricots noirs, de viande et de «Farofa», une farine de manioc, auquel on ajoute des raisins secs et des bananes marinés dans des lardons et  un œuf cru. Mais ce n’est pas tout. La Feijoada est accompagnée de plusieurs petits plats. On cite ici le riz bouilli dans l’eau, des rondelles d’orange ainsi que des morceaux effilés du «couve» qui n’est autre qu’un chou vert au goût amer avec de l’ail.  Ce plat fait le bonheur des Brésiliens et plus spécialement de ceux qui habitent Rio De Janeiro.
La Feijoada est en effet une des spécialités de cette région. Les Brésiliens raffolent de ce plat. Son seul inconvénient serait qu’il est lourd à digérer. Ce serait pour cette même cause que ce plat ne peut être consommé que pendant le déjeuner. En outre la Féijoada est difficile à préparer. Elle nécessite plusieurs heures de préparation. Obéissant à des règles qui ressemblent à des rituels, la Feijoada possède des techniques sacrées. Les haricots noirs doivent tout d’abord êtres trempés tout une nuit dans de l’eau pour qu’ils deviennent tendres. Au côté des haricots, se trouve la viande qui doit être de sa part préparée à l’avance. La Feijoada est par-delà le nombre des ses ingrédients un plat très consistant. Une consistance et une richesse qui s’allient bien à la nature du pays. Comme décrite précédemment, la Feijoada symbolise ce mélange de culture. Ainsi, la Feijoada n’est ni 100%portugaise, ni 100%indienne et ni 100% africaine. En fait elle est le résultat de tout ce mélange. La cuisine brésilienne n’a pas en effet échappé de ce melting-pot caractéristique du pays.
Au côté des autres arts, comme la musique, ou encore la peinture, la gastronomie a eu, elle aussi, sa part de mixité. Une mixité que la Feijoada symbolise grâce à ses multiples saveurs. En dégustant la Feijoada on peut passer facilement du goût salé, au doux et enfin à l’amer. Selon les Brésiliens, c’est cette multiplicité des saveurs qui fait l’originalité de la Feijoada. «C’est un plat délicieux que nous consommons avec plaisir ». Mais ceci étant, les habitants de Rio De Janeiro, savent qu’il faut consommer la Feijoada avec modération puisque sa richesse en fait d’elle un plat lourd à digérer. A l’occasion de l’année du Brésil en France, ce plat est actuellement de plus en plus au menu du jour.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *