Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani

Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani

Mohamed Bennani, alias Moa, fonde sa peinture sur les déflagrations de la matière, dominée par l’abstraction lyrique. Quant à Kim Bennani, il a développé, dès ses débuts, une peinture hyper réaliste, contrastant avec une expression plus libérée des contraintes de l’académisme.

La galerie Banque populaire abrite jusqu’au 25 avril à Rabat l’exposition picturale «Parcours croisés». Cet événement, dont le vernissage s’est tenu le 23 janvier, marque le début de la saison culturelle 2020 et rassemble les artistes Moa et Kim Bennani, père et fils. «A travers «Parcours croisés», père et fils, aux parcours artistiques différents, sont à nouveau réunis 10 ans après leur première exposition commune pour laisser s’exprimer, dans une harmonie parfaite, leurs sensibilités, leurs perceptions et leurs styles respectifs», précisent les initiateurs. En détail, le premier, Mohamed Bennani, alias Moa, fonde, selon la même source, sa peinture sur les déflagrations de la matière, dominée par l’abstraction lyrique.

Quant au second, Kim Bennani, il a développé, dès ses débuts, une peinture hyper réaliste, contrastant avec une expression plus libérée des contraintes de l’académisme. «En réunissant dans une seule et même exposition Moa et Kim Bennani, le père et le fils, nous avons voulu non seulement témoigner de la permanence de cette relation peu commune, mais également mettre en relief la vitalité de la création plastique dans notre pays ainsi que les vertus de la transmission dans l’art», indique Bouchra Berrada, présidente du directoire de la Banque populaire Rabat-Kénitra, lors du vernissage.

De son côté, la journaliste et critique d’art  Syham Weigant commente les œuvres «croisées» de ces deux artistes-peintres. «Dans cette harmonie des couleurs et des formes, les pigments de l’un abandonnent progressivement la couleur pure, les bleus et les rouges flamboyants pour des tonalités davantage organiques alors que chez l’autre, le noir fait son apparition et se mêle à sa palette habituelle pour rehausser chaque teinte d’une profondeur nouvelle», analyse-t-elle.

Pour rappel, «Parcours croisés» est la neuvième exposition que la galerie Banque populaire de Rabat accueille depuis son ouverture au public. Inaugurée en janvier 2017, celle-ci a pour mission première de contribuer significativement à la dynamique culturelle de la région de Rabat-Salé-Kénitra.

Après une courte période qui l’a vue accueillir trois expositions phares -consacrées au street art, à la sculpture, ainsi qu’au partenariat entre designers et artisans- qui ont rencontré un vif succès, la galerie Banque populaire de Rabat renoue ainsi avec la peinture avec cette exposition riche en couleurs et en émotions comme la qualifient les organisateurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *