De festival en festival : Le Maroc, ce fêtard

De festival en festival : Le Maroc, ce fêtard

Les vacances touchant à leur fin, il n’est pas question de faire la moue. De festival en festival, les quatre coins du Royaume ont eu droit à un été des plus festifs et ce n’est pas fini. A l’heure où nous mettions sous presse, le rideau est tombé sur des festivals alors que d’autres continuent à égayer plusieurs villes du pays. ALM en fait le tour pour vous.

L’atmosphère politique régionale et mondiale étant le moins que l’on puisse dire morose, et n’en déplaise à quelques voix hostiles, ces festivals qui ornent nos villes sont un défouloir important pour les Marocains, toutes catégories sociales confondues. En plus de leur accessibilité, la diversité que consacrent ces évènements jouerait un grand rôle dans la pérennité de quelques cultures ainsi que l’ouverture sur d’autres régions, voire d’autres pays. En témoigne la 7ème édition du Festival du raï que célèbre Oujda.

Ce Festival qui sert de «pont culturel» entre l’Oriental et l’Ouest algérien attire les foules, des deux pays, et sert d’exemple incontestable de la connectivité, la complicité et la fraternité  des rives de la frontière. En témoigne aussi le fervent hommage rendu, pour la  clôture qui s’est tenue le 24 août 2013, à l’artiste algérien Cheb Akil, décédé le 14 juin dernier à Tanger. Sur les scènes oujdies se sont produites durant la tenue de ce festival de grandes têtes d’affiche tels Cheb Bilal, Cheb Mami, Zahouania ou encore le guitariste du groupe Raina Raï, Lotfi Attar. Mami a également charmé le public slaoui le 23 août dans le cadre de «Layali Noujoum».

Chaque festival a son identité et sa propre ligne éditoriale. Le festival méditerranéen de Nador a choisi de diversifier les genres et les origines du répertoire présenté. Il a à ce titre invité la star libanaise Myriam Farès, aux côtés de laquelle d’autres artistes ont animé la ville, on cite entre autres Lamia Zaidi, Nourddine Isaghwan et Abdelkader Wayway, mais le grand coup de cœur n’est autre que la star kabyle, Idir, ambassadeur par excellence de la chanson amazighe. Cette forte touche amazighe a caractérisé le Festival «Thaymat» de Khénifra. 

Entre-temps les décibels sont des plus forts à Casablanca dont le festival qui a choisi de se donner une touche orientale en s’alliant à Rotana, marque le grand retour. En ouverture vendredi 23 août, cet évènement a connu une affluence monstre, atteignant les 100.000 spectateurs. Quant à la 6ème édition de Voix de Femmes qui s’est tenue à Tétouan, la clôture a été assurée par Nabila Maan, Amal Maher, Asmaa Lamnaouar et Sherine Abdelwahab. Cette dernière en se prononçant pour le coup d’Etat militaire en Egypte, n’a pas tardé a quitté la scène suite à la demande de son public qui, paraît-il, désapprouve que l’on se serve des scènes pour faire les louanges des politiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *