«De la Mer à l’Océan» à l’espace d’art L’Appartement 22 de Rabat : Younes Rahmoun questionne l’echelle humaine

«De la Mer à l’Océan» à l’espace d’art L’Appartement  22 de Rabat : Younes Rahmoun questionne l’echelle humaine

Younes Rahmoun est l’un des artistes contemporains les plus marqués de sa génération. La lumière, les matériaux, la forme ou la question de répétition des motifs font la force de ses créations. Installations, œuvres in situ, dessins, vidéos, animations, photographies et performances lui permettent d’inciter à des moments de méditation.

Dans ce sens, il propose une exposition intitulée «Younes Rahmoun : de la Mer à l’Océan» visible jusqu’au 15 septembre à l’espace d’art L’Appartement 22 situé à Rabat. Il s’agit d’un véritable travail d’art contemporain. Il est fondé sur des recherches et déplacements de l’artiste entre lieux de production (atelier, Fès), lieux d’exploration (paysage, Rif, Méditerranée) et lieux de rencontre et d’exposition (L’Appartement 22, Rabat, océan Atlantique).

De ce fait, le spectateur visionne un cube en cuivre flanqué, sur les faces, de cinq pyramides, la sixième étant posée par terre pour permettre d’entrer dans la structure par la face restée ouverte. Cette pièce a été posée face à la mer, puis au milieu des montagnes de Beni Boufrah avant de rejoindre l’espace contigu de L’Appartement 22. «L’œuvre Markaba est conçue comme un espace fait de six pyramides qui partagent la même base, ce centre de gravité est conçu comme le point de perception et d’expérience de l’oeuvre où la lumière et l’énergie des six directions se rencontrent physiquement», explique à ce sujet Abdellah Karroum, commissaire de cette exposition et fondateur de l’espace L’Appartement 22. Il faut dire que les créations de Younes Rahmoun interrogent les problèmes de la société. D’autant plus qu’elles sont basées sur son expérience de la spiritualité et de l’échange.

«Fasciné par la pensée et la pratique du soufisme, cet artiste pluridisciplinaire adopte la répétition, l’incantation, l’insistance, la concentration, la finition et la définition. Certains dessins relèvent de la pratique architecturale et mathématique qu’on peut facilement rapprocher des pratiques spatiales et ornementales universelles dans lesquelles ont excellé les artistes byzantins et andalous», témoigne Abdellah Karroum. D’ailleurs, son travail «Tasbih» (chapelet), réalisé en 2001, marque le début d’une démarche à caractère consciemment spirituel. La variation sur les formes (Nakhla), les constructions (meules dans le Rif) et les objets (encadrements en verre et objets en papier) ont permis à l’artiste de développer un sens aigu des matières sculpturales et des objets dessinés.

L’objet désorienté 2 est la première exposition de Younès Rahmoun à l’extérieur du Maroc. C’est à partir de ce moment-là qu’il a commencé à construire une œuvre dans des espaces plus vastes que ceux de l’école d’art et de son atelier. Depuis son jeune âge, Younes Rahmoun dessinait et créait de petites sculptures et installations, testais et expérimentais des matières récupérées de la rue. Après avoir obtenu un baccalauréat en arts plastiques à Tanger, il a intégré l’Ecole des Beaux-Arts de Tétouan. Les voyages, la lecture, les rencontres l’ont amené à découvrir de nouveaux territoires. Younes Rahmoun compte plusieurs expositions personnelles et collectives au Maroc et ailleurs. Parmi lesquelles «Manzil», en France, «Zahra», en Espagne, «Tasbih» en France et «Ghorfa» en Belgique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *