Décès brutal de Jacques Villeret

Il était l’un des acteurs les plus touchants du cinéma français. Avec son visage de poisson-lune, Jacques Villeret, disparu vendredi, a souvent incarné des personnages de grand timide et de souffre-douleur dans des comédies, avant de trouver des rôles plus subtils. Rendu célèbre par son personnage d’extra-terrestre dans « La Soupe aux choux » (1981), il avait remporté en 1999 le César du meilleur acteur pour « Le dîner de cons » de Francis Veber.
Son dernier grand succès au cinéma, à l’automne dernier, était « Vipère au poing » de Philippe de Broca, lui aussi disparu récemment. Malade du foie depuis plusieurs années selon son entourage, Jacques Villeret est décédé à l’âge de 53 ans. « Il avait cette maladie qu’est l’alcoolisme et on sentait qu’il flirtait avec la mort en permanence », a déclaré sur France-Info Francis Veber, en ajoutant que le comédien souffrait aussi d’un « diabète terrible ». « C’était un génie », a souligné le réalisateur en décrivant un acteur « extrêmement touchant, attachant ». « Il avait cette espèce de facteur de surprise dans son jeu qui faisait que, tout à coup, le plateau entier éclatait de rire », s’est souvenu Jacques Veber. Jacques Villeret a débuté sa carrière au théâtre après une formation classique au conservatoire de Tours. Monté à Paris en 1969, il devient l’élève de Louis Seigner au Conservatoire national d’art dramatique et participe aux matinées classiques de la compagnie de Marcelle Tassencourt.
Après avoir joué dans les grandes pièces du répertoire (« Les fourberies de Scapin »), il se voit confier son premier rôle au cinéma par Yves Boisset, dans « R.A.S. » (1972). Puis il devient l’un des acteurs fétiches de Claude Lelouch. Ils tournent pas moins de huit films ensemble dont « Robert et Robert », qui vaut à Villeret le César du meilleur second rôle en 1979.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *