Décès de l’anthropologue français Claude Lévi-Strauss

Le grand intellectuel français Claude Lévi-Strauss, qui a influencé des générations de chercheurs en jetant les bases de l’anthropologie moderne, est mort vendredi à l’âge de 100 ans. Ses obsèques ont eu lieu «dans l’intimité» lundi à Lignerolles, dans le département de la Côte d’Or (centre-est), a indiqué à l’AFP une source proche de sa famille.  «La famille a décidé de décaler l’annonce du décès, car elle craignait d’être débordée par la médiatisation du décès et des obsèques», a-t-on précisé de même source. L’autobiographie intellectuelle du chercheur, «Tristes Tropiques», parue en 1955, est considérée comme l’un des grands livres du XXe siècle. Dans ce livre constamment réédité et largement traduit -qu’il considérait comme écrit «trop vite et sans réfléchir»-, Claude Lévi-Strauss avait raconté son voyage au Brésil central avant la guerre, mêlant récit de ses aventures et réflexions philosophiques. Son analyse des rapports entre l’ancien et le nouveau monde, la place de l’homme dans la nature, le sens des civilisations et du progrès avaient assuré un succès immédiat au chercheur. Mardi soir, le président Nicolas Sarkozy a rendu hommage «à l’humaniste infatigable, à l’universitaire curieux, toujours en quête de nouveaux savoirs, à l’homme libre de tout sectarisme et de tout endoctrinement qu’incarnait Claude Lévi-Strauss». Dès l’annonce de son décès, l’Académie française a annoncé qu’elle rendrait jeudi un hommage privé à Claude Lévi-Strauss, premier ethnologue à être admis à l’Académie en 1973.
Philippe Descola qui a succédé à Claude Levi-Strauss à la tête du laboratoire d’anthropologie sociale au Collège de France, prestigieux établissement d’enseignement et de recherche à Paris, considère qu’il est «l’anthropologue dont l’œuvre aura exercé la plus grande influence au XXe siècle».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *