Décès de Pierre Bourdieu

Le sociologue français Pierre Bourdieu est décédé mercredi soir à Paris à l’âge de 71 ans. Il était internationalement connu pour ses travaux. Il avait renouvelé la sociologie pendant les années soixante, en l’ouvrant à des champs jusque-là négligés. C’est ainsi qu’il a accordé un intérêt très vif aux arts et à la littérature. Son étude du marché de l’art en France est une référence.
Au demeurant, Bourdieu était réputé par ses prises de position intransigeantes. C’était un irréductible. Il fait partie des personnes qui pensent qu’un intellectuel a son mot à dire et doit le dire. Son dernier texte en date est un long article publié dans le Monde où il avait fait une lecture des événements du 11 septembre. Cette lecture prend le contre-pied du « Nous sommes tous Américains » du directeur de ce journal. Bourdieu disait : « il n’y a pas de démocratie effective sans vrai contre-pouvoir critique. L’intellectuel en est un, et de première grandeur. » Ce contre-pouvoir, il l’a exercé contre les médias. Son petit livre de 1996 « Sur la télévision » dénonce le danger que le petit écran fait courir à la pensée individuelle.
Pierre Bourdieu prenait la défense des laissés-pour-compte de la société aussi bien dans ses écrits que sur le plan de l’engagement réel, du militantisme. C’était un ennemi de la mondialisation. Il s’est d’ailleurs engagé publiquement à partir des années 1990 aux côtés de mouvements contestant le modèle économique de la mondialisation. Cet engagement répondait à l’un des thèmes centraux de sa pensée : « la violence symbolique ». Cette violence s’exerce d’une manière déguisée par les acteurs de la société, ceux que l’on appelait naguère la classe dominante.
Bourdieu était un défricheur, un éveilleur d’esprit, un défenseur de l’intelligence. Ses écrits ne se réclamaient pas de la théorie, mais de l’intelligence critique. Sa disparition prive le monde de l’une des voix qui contraient le mieux « la soumission aux lois du commerce ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *