«Derb El Fayadan», le quartier des inondations à Casablanca

«Derb El Fayadan», le quartier des inondations à Casablanca

Nous sommes à «Derb El Fayadan» (quartier des inondations), un quartier situé à Aïn Chock à Casablanca. En pleine saison des intempéries, l’appellation «Derb El Fayadan» en dit long sur les caractéristiques de ce quartier. Certes, «Derb El Fayadan» n’existe nullement dans la carte de Aïn Chock. Ce Derb correspond au bloc 10 d’Aïn Chock. En fait, ce dernier a acquis cette dénomination à cause des inondations provoquées par les eaux de pluie qui inondent le quartier chaque année. De vastes espaces du quartier se trouvent, ainsi, couverts d’eau de pluie à des niveaux importants au point d’inonder les appartements situés au rez-de-chaussée. Les routes sont coupées et les infrastructures du quartier subissent des dégâts catastrophiques. Encore une fois cette année, le quartier n’a pas échappé à la règle. Ainsi, les habitants de la rue se sont habitués à cette donne. «Les habitants du quartier souffrent énormément des eaux de pluie. La saison des intempéries est une catastrophe pour nous. Même les autorités locales se trouvent dans l’incapacité d’apporter l’aide nécessaire aux habitants», s’insurge Aziz, un professeur âgé de 30 ans. Selon cet habitant du quartier, le problème de ce quartier est beaucoup plus d’ordre géographique. Selon lui, les eaux de pluie qui inondent Aïn Chock se déversent toutes via les canaux d’assainissement du quartier étant la partie pratiquement la plus basse d’Aïn Chock, d’où le débordement. Ainsi, chaque année et dès la première goutte de pluie, les habitants du quartier commencent leurs préparatifs pour affronter les inondations. Généralement, les habitants des rez-de-chaussée de ce quartier sont les plus touchés. Ils savent d’avance qu’ils allaient subir le plus de dégâts. C’est le cas de la famille de Aziz, dont l’immeuble est composé d’un rez-de-chaussée en plus de deux appartements. Au début de chaque année, cette famille, comme d’ailleurs l’ensemble des habitants du quartier, met en place tout un dispositif pour se prémunir contre le risque du débordement de l’eau. Ils mettent une plaque de fer, de 50 cm de hauteur, en bas de la porte pour éviter l’infiltration de l’eau. Cette plaque ne bloque pas totalement, selon Aziz, l’eau de pluie, mais permet au moins d’éviter le pire. En plus de cette astuce, ils bouchent les égouts des toilettes. Sinon, selon la même source, ce n’est pas seulement les eaux usées qui vont monter à travers, mais aussi les cafards et les rats. La famille de Aziz se rappelle bien du jour où des dizaines de rats se sont infiltrés à travers les égouts et toute la galère qui s’en est suivie. Etant propriétaire d’un immeuble R+2, la famille de Aziz fait remonter également tout l’équipement du rez-de-chaussée vers le premier étage, ceci afin d’éviter tout incident. Les habitants du quartier mettent également des bottes de plastique qui leur permettent de se déplacer en dehors de leurs maisons. «Chaque année, nous subissons des dégâts matériels importants à cause des intempéries. L’eau de pluie inonde les appartements situés au rez-de-chaussée. Ceci nous oblige d’installer les équipements de la maison à un étage supérieur sinon ils seront détruits par le débordement de l’eau. Les diverses interventions des autorités locales de Aïn Chock ne suffisent pas à remédier à cette situation, car le problème se rapporte à la nature géographique du quartier», témoigne Abderrahim, un habitant du quartier âgé de 35 ans. «A titre d’anecdote, au moment où les agriculteurs prient pour que la pluie tombe, les habitants de mon quartier prient le contraire pour ne pas subir les conséquences néfastes des précipitations», poursuit-il. Pourtant, les habitants du quartier affirment que les autorités administratives de Aïn Chock s’attellent, depuis quelques mois, à la résolution du problème du Derb El Fayadan. Elles renforcent le réseau des égouts du quartier via une canalisation supplémentaire située parallèlement au bloc 10 et exactement au quartier «El Kriymat», une zone villa de Aïn Chock. Selon les autorités locales, les travaux de ce chantier s’achèveront bientôt et mettront fin de manière définitive au problème de Derb El Fayadan. Cependant, les travaux sont actuellement interrompus en raison des intempéries.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *