Des élèves à la découverte du milieu forestier

Des élèves à la découverte du milieu forestier

Pour célébrer la Journée mondiale de la forêt, qui coïncide avec le 21 mars, il n’y a pas mieux que d’organiser des promenades collectives dans un parc forestier. A cet effet, des visites sont programmées, pendant une semaine, au célèbre site naturel et historique Perdicaris, au profit des élèves de six établissements scolaires à Tanger. «Ces visites qui sont organisées par la délégation provinciale de l’éducation nationale de Tanger- Assilah et la direction provinciale des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification en collaboration avec l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre (AESVT)- section locale- revêtent une grande importance pour les élèves. Et surtout que l’Organisation des Nations Unies (ONU) a proclamé 2011 année internationale des forêts», indique Abdelilah El Fazazy, chef du service pédagogique à la délégation provinciale de Tanger- Assilah. Au fait, les organisateurs ont voulu faire de cette manifestation une sorte de sorties pédagogiques, ludiques et de découverte. D’ailleurs, des représentants de la délégation provinciale de l’éducation et la direction provinciale des eaux et forêts, ainsi que des enseignants et des animateurs de l’AESVT- section de Tanger participent aux travaux de cet événement dont le démarrage a eu lieu lundi 21 mars, au profit des élèves du lycée Abi Bakr Razi de Tanger.  La programmation de cette visite au parc Perdicaris débute par une présentation de ce site forestier, plus connu des Tangérois par la forêt Rmilet. «Mais cela doit être précédé par la définition donnée généralement à la forêt. Laquelle se présente comme une vaste zone très riche en espèces végétales et animales. La superficie de cette zone doit dépasser un demi hectare», explique Souad Bahi, animatrice et membre de l’AESVT- section de Tanger. La plupart des élèves participant à cette première visite  disent avoir déjà fait plusieurs pique-niques, en compagnie de leurs familles, à la forêt Perdicaris. «Mais c’est la première fois que je découvre la richesse de la forêt en général. Je me sens grâce à cette sortie visiter pour la première fois le parc forestier Perdicaris dont l’histoire et la richesse naturelle me fascinent encore plus», confie Kawtar El Guennouni, élève du tronc commun (TC scientifique). Les animateurs et les responsables de ce projet veulent joindre l’utile à l’agréable en encourageant les élèves à participer à des jeux organisés généralement dans ce genre de sorties. Mais sans oublier d’intervenir tout au long du parcours programmé dans le cadre de  cette visite pour permettre aux élèves de découvrir le milieu forestier en général. Les animateurs veulent aussi les inciter à donner libre cours à leur imagination. Les élèves ne peuvent être insensibles devant les beaux paysages qu’offre le parc forestier. Ils y sont autant marqués par ce mélange magique des cris des animaux et des bruits des arbres. «Nous écoutons une belle musique que l’on ne peut trouver que dans les zones forestières», témoigne Latifa Ouakrim, professeur et membre de l’AESVT- section de Tanger.  Concernant le parc Perdicaris, les responsables font part que ce site, qui s’étend sur une superficie de plus de 76 ha, se distingue par sa beauté et son climat doux. Il fut la propriété d’un diplomate américain d’origine grecque et à la retraite, qui a choisi en 1872 de s’installer à Tanger. «Cet ancien diplomate a acheté ce domaine et y a construit un château où il a vécu pendant longtemps avec son épouse anglaise. Il a introduit dans sa propriété plusieurs espèces de plantes exotiques qu’il a ramenées de l’étranger. Et bien qu’il soit dans un état de délabrement avancé, le château Perdicaris trône encore sur ce parc forestier. Et une source d’eau qui date de la deuxième partie du 19ème siècle se trouve toujours sur les lieux», note-t-on. Considéré parmi les plus importants sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE), le parc forestier urbain Perdicaris compte un grand nombre d’arbres et de plantes rares. «Cette forêt se distingue par sa diversité écologique. Elle comporte des essences naturelles et artificielles », affirme le directeur provincial des eaux et forêts et de la lutte contre la désertification à Tanger, Rachid Chebihi.  Ce responsable poursuit que parmi les végétations naturelles du parc Perdicaris, figurent le chêne-liège, le chêne zéen et le chêne kermès, alors que la partie de la forêt artificielle est composée «des végétations implantées dans les années 20 tels que les grands eucalyptus, les pins parasols, etc.». Et de faire remarquer que «cette forêt se distingue aussi par une diversité des espèces animales». Le parc forestier Perdicaris qui offre de multiples paysages d’une grande beauté naturelle constitue aussi une zone de transit pour un millier d’espèces d’oiseaux migrateurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *