Des jeunes vidéastes marocains à Barcelone

Des jeunes vidéastes marocains à Barcelone

Et de cinq pour le Festival d’images artistiques vidéo nommé FIAV. Né à Tanger en février 2001, ce festival itinérant s’est déplacé à Nîmes  (France), puis à Tavira  (Portugal) et enfin à Milan (Italie). Aujourd’hui pour fêter sa cinquième édition, le FIAV investit la ville de Barcelone (Espagne). C’est dans les locaux du Centre d’art contemporain de Santa Monica que les huit œuvres sélectionnées par les commissaires des pays participants seront exposées.
Comme l’indiquent les initiateurs de ce festival dans leur charte d’organisation, le concept est simple. «Les principes fondateurs du festival consistent en la sélection de huit œuvres vidéo dans les pays participants par des commissaires, en suite toutes les journées du festival seront marquées par la projection de bandes vidéo durant les journées du festival et, enfin, un palmarès sera établi par les membres d’un jury désigné par la galerie l’ESCA à Milhaud en France».
Les organisateurs précisent qu’à l’issue de chaque festival, les œuvres primées constitueront un fonds documentaire franco-marocain «Arche vidéo», géré et consultable en France à l’ESCA. En fait le FIAV est une initiative franco-marocaine. Le texte de présentation de ce festival explique que «le FIAV a été créé en 2001 à l’initiative  d’Abdelkrim Ouazzani, directeur de l’Institut National des Beaux -Arts de Tétouan et Roger Bouvet, président-directeur de la galerie Esca. Le but serait de permettre et favoriser la reconnaissance et la diffusion de l’art vidéo. Les organisateurs précisent que leur démarche consiste à «proposer au grand public un large éventail de la jeune production du bassin méditerranéen».
Ainsi outre le Maroc et la France, les pays participants sont entre autres l’Allemagne, l’Algérie, l’Espagne, l’Italie, le Portugal et la Tunisie. Le commissaire chargé de la sélection des œuvres d’artistes marocains est Mohamed Rachdi, professeur chercheur fondateur du Réseau d’art et de recherche Le Rare à Paris. Ce dernier chapeautera la sélection marocaine constituée des artistes dont on peut citer Brahim Bachiri, Abdelghani Bibt,Younes-Othman Chraibi et Fatima Mazmouz.  Le président d’honneur de cette édition n’est autre qu’Eugénie Bonnet. Parmi les membres du jury, on peut citer Alexandre Koch, commissaire d’exposition et enseignant à l’école des Beaux Arts de Leipzig, Maribel Perpina, commissaire indépendante de Barcelone, Eglantina Monteiro, anthropologue et professeur à la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université d’Algarve (Portugal). Pour ce qui est des travaux qui auront la possibilité d’être sélectionnés, les organisateurs précisent que «la force et la qualité plastique des travaux sont un critère d’appréciation essentiel de ce concours». Ici la qualité plastique signifie la maîtrise des outils de technologie dans la réalisation plastique et esthétique. Une condition sine qua non, diraient les spécialistes pour la réussite d’une installation vidéo.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *