Du chant soufi et des créations musicales à l honneur

Du chant soufi et des créations musicales à l honneur

Les nocturnes du mois sacré du Ramadan, initiées par la Fondation ONA-Villa des arts de Rabat et l’Institut français de Rabat, seront entamées par le chant soufi, des créations musicales de différentes régions du monde. Trois spectacles inaugureront ces veillées artistiques. Le premier spectacle sera donné par l’artiste pakistanais Faiz Ali Faiz, et ce le 28 juillet. Celui-ci est né en 1962 à Sharqqpur au Pakistan, a fait partie de la huitième génération de musiciens qawwals et perpétue cette tradition familiale de chant mystique qui véhicule le message pacifique de la poésie soufie. La parution en 2004 de «L’amour de toi me fait danser» avait fini par persuader les amoureux du «Qawwali» que Ali Faiz est un très grand interprète pakistanais. En 1978, il fonde son propre groupe. La nouvelle voix du «Qawwali», son premier disque, sort en 2002. Véritable révélation pour le public européen, le jeune chanteur est l’un des premiers à sembler pouvoir suivre les traces du maître absolu Nusrat Fateh Ali Khan.
Par ailleurs, le deuxième spectacle sera donné par Thierry Robin le 29 juillet. Cet artiste qui a navigué depuis plus de 30 ans dans les confluences des cultures tziganes, orientales et européennes, est l’une des icônes vivantes des cordes pincées, aussi à l’aise à la guitare qu’avec le bouzouk ou l’oud. Les Rives, son nouvel album, est une création musicale réalisée dans 3 pays : Inde, Turquie et Maroc (Agadir).  Dans le même lieu, le chanteur Ali Reza Ghorbani se produira  le 31 juillet. Né en 1972 à Téhéran en Iran, Ali Reza Ghorbani est issu  d’une famille religieuse coranique. Il découvre très jeune la musique persane classique en écoutant, à la radio iranienne, le chanteur Gholam-Hossein Banangrand, maître du chant persan, qui décèdera en 1986. Hamid Reza Khabbazi (târ), Shervin Mohajer (kamancheh), Saman Samimi (kamancheh), Rashid Kakavand (tonbaketdaf), Eshagh Chegini (ney), musiciens issus de la jeune génération montante de la musique iranienne, l’accompagnent pour mettre en musique ces titres où le chant inspiré mêle les notes à la foi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *