Du théâtre pour tous dans six lieux de Casablanca

Du théâtre pour tous dans six lieux de Casablanca

«Allez! Allons au théâtre ! » L’invitation est pour tous. C’est l’occasion ou jamais, nous dira-t-on, pour voir les dernières et meilleurs pièces de théâtre marocaines. Et le prix des billets ne dépasse pas 20 DH (10 DH pour les étudiants). Ce sera lors de la quatrième édition du festival «Allons au Théâtre» organisée du 9 au 18 avril à Casablanca par la Fondation des arts vivants présidée par Noureddine Ayouch. Et sont proposées en tout quinze pièces de théâtre pour tous les âges et tous les goûts : théâtre d’auteurs contemporains ou classiques, des textes du patrimoine marocain ou des créations universelles, comédie, théâtre militant, théâtre moderne, théâtre amazigh, spectacle pour enfants, théâtre de rue. «Allons au théâtre a pour but de dynamiser les offres culturelles et créer une ambiance artistique au sein de la ville de Casablanca, favorisant ainsi la création de réseaux autour du théâtre», ont indiqué les organisateurs lors de la conférence de presse tenue, lundi 29 mars, à Casablanca. Le festival investit différents lieux de la métropole. Il s’agit des abattoirs de Casablanca, la place Mohammed V avec un spectacle de rue, mais aussi les théâtres Hassan Skalli à Sidi Bernoussi, Touria Sekkat, le théâtre d’Anfa et le théâtre Moulay Rachid. «Allons au théâtre» s’ouvre avec un hommage au vétéran de la scène nationale Abdeljebbar Louzir de Marrakech qui présentera sa dernière création «Tbourida», vendredi 9 avril, au théâtre Moulay Rachid. La clôture du festival sera aussi sous le signe des figures émérites du théâtre marocain avec la troupe du théâtre nationale de Rabat et son incontournable Mohamed Al Jem dans «Al Mar’atou Al laty», samedi 17 avril, au théâtre d’Anfa. «Est prévu en avant-première à Casablanca la troupe Dabateatr avec son produit phare «Khbar Fl’masrah» qui réjouira autant les nostalgiques de la verve des années 70 que les adeptes d’un Maroc qui bouge», indiquent les organisateurs. Figure également au programme «Li’fhamator», une adaptation originale de Ionesco présentée par la troupe «Nous jouons pour les arts» et ayant reçu le Grand prix du festival national 2009, ou encore «3 nuits avec Madox» de Visniec, une démarche où les comédiens décident de transgresser les règles de la scène pour venir jouer au plus près du public.
La pièce «Douleur sous clé» réunissant les comédiens Latefa Ahrrare, Hicham Ibrahimi et Henri Thomas est présentée en partenariat avec l’Institut français de Casablanca. A travers sa programmation ce sont les Marocains résidant à l’étranger qui sont célébrés, soulignent les organisateurs. Par ailleurs, la nouveauté cette année réside dans la programmation d’une pièce de théâtre amazigh, «Taslit n uz’rou», d’un spectacle de rue et une rencontre autour de la scène théâtrale marocaine, de ses enjeux actuels et de ses perspectives. Cette table ronde qui aura lieu le 11 avril aux abattoirs de Casablanca se propose de présenter et confronter les différentes expériences menées actuellement par plusieurs troupes de théâtre au Maroc qui chacune à sa manière mène un travail de recherche pour se professionnaliser, sensibiliser, voire fidéliser un public, et proposer de nouvelles formes de théâtre. La Fondation des arts vivants propose aussi de se déplacer à la prison locale des femmes de Oukacha pour divertir une population qui ne peut la rejoindre. Y sera présentée la nouvelle pièce de la Compagnie théâtre Tensift – Marrakech et qui s’intitule Naker L’hssane.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *