Ecouter

Paul McCartney : Chaos And Creation In The Backyard
«Chaos And Creation In The Backyard » est le tout dernier album de l’ex-Beatles Paul McCartney. Après un double live magistral en 2003 et l’album studio « Driving Rain » (2001), Paul McCartney se livre à un nouveau producteur, Nigel Godrich et nous propose un exercice presque solitaire pour tenter un renouvellement. Un disque pas très convaincant. Très peu de rocks, les rythmes un peu vifs se limitent à l’ouverture et la fermeture. À noter que seulement deux morceaux ont été judicieusement placés de manière à aiguillonner l’auditeur. Il convient aussi de préciser que la plupart des titres (neuf sur treize) sont réalisés en solo, avec le complément de quelques orchestrations, surtout de cordes. Le plus significatif de ce travail est « Promise to You Girl », une joyeuse chanson dans la lignée de « Band on the Run », agrémentée de ce double break savoureux et si classique, un tambourin furieux, des chœurs aériens, un véritable groupe (piano, guitare, basse, batterie) et un saignant solo de guitare électrique en prime. La bonne nouvelle c’est que la voix de Paulo reste claire et expressive. On peut dire qu’elle n’a toujours rien perdu de sa magie.


Bruce Springsteen : Devils & Dust
Deux ans et demi après son magnifique album « The Rising » consacré au 11 septembre 2001, Bruce Springsteen nous revient avec « Devils & Dust » (Démons et poussières), douze chansons magistrales qui s’inscrivent dans la lignée de ces chefs-d’œuvre intimistes que furent « Nebraska » (1982) et « The Ghost of Tom Joad » (1995). Cet album marque ainsi un retour en force du "Boss" avec ses pensées provocantes pleines d’âme sur la vie en Américaine. Seul comme un troubadour armé de sa guitare et son harmonica, il joue la musique de son dernier album une collection de chansons sombres. C’est d’ailleurs ce style de musique qui lui avait valu le surnom de "Boss" : une icône du Rock. Une légende qui renverse tout avec des chansons. Des chansons qui sont plus que de la musique mais plutôt des hymnes. « Devils & Dust » est un retour vers l’Amérique profonde, celle de Woody Guthrie ou de Johnny Cash. Pour ce 19e album, réalisé par Brendan O’Brien (déjà à la manœuvre sur The Rising), "le Boss" a momentanément laissé tomber le légendaire E Street Band, et s’est entouré uniquement d’O’Brien à la basse et de Steve Jordan à la batterie.


Les Rolling Stones : A Bigger Bang
Le 21 août dernier, les Rolling Stones ont entamé à Boston une nouvelle tournée à travers le monde. The Bigger Bang Tour. Les Rolling Stones, un nom mythique, inspiré d’une chanson de Muddy Waters. Un hommage au blues, arôme majeur de la fragrance stonienne, que viennent compléter ceux de la country et du folk. Quatre musiciens de légende. Quatre diamants toujours aussi flamboyants qui ont fait sillonner leur talent à travers plusieurs millions de vinyles. Sexagénaires et milliardaires, les Rolling Stone sont toujours aussi véloces. Depuis une vingtaine d’années maintenant, le quartet britannique a régné sur la planète du Rock’n’roll. Cependant, cet album n’est pas le retour en force du groupe légendaire. À l’exception d’un blues bref mais puissant, intitulé Back Of My Hand, nulle chanson ici ne saurait rivaliser avec les enregistrements studio les plus inspirés du groupe. Les funs inconditionnels des « bad boys » de Sa Majesté, eux, seront ravis, les autres…?


K T Tunstall : Eye to the telescope
Avec son tube "Black horse and the cherry tree", KT Tunstall, auteure-compositrice et multi-instrumentiste pleine de talent semble être une des révélations de cette année.
Ce titre figure sur son premier album, "Eye to the telescope", plutôt réussi, composé de 12 chansons aux mélodies efficaces et rythmées.
Le tout dans une ambiance assez blues rock. En matière de musique, KT Tunstall, cette écossaise d’origine chinoise, n’est pas à ces débuts.
En effet, elle faisait de la musique et ce depuis qu’elle avait 15 ans. Rapidement elle forma son premier groupe (après une expérience hippie) avant d’intégrer une école de musique.
Ses influences vont de James Brown à PJ Harvey en passant par Ella Fitzgerald, Billie Holyday ou Carol King. À 27 ans, elle démarre à Londres une collaboration avec le producteur/auteur-compositeur suédois Martin Terefe et Jimmy Hogarth ainsi que le londonien Tommy D. Avec plus d’une centaine de chansons sous le coude, elle enregistre son premier opus entourée d’un nouveau groupe et de Steve Osborne, producteur légendaire ayant collaboré avec U2 et New Order. Une surprise à découvrir !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *