Ecouter

Kyoto Jazz Massive : Spirit of the sun
Le duo japonais Kyoto Jazz Massive s’est fait remarquer auprès des spécialistes avec quelques maxis où sa conception moderne de l’héritage jazz fusion s’exprimait en toute liberté. C’est donc tout naturellement qu’on s’attendait à voir débarquer le groupe avec un album. C’est aujourd’hui chose faite avec "Spirit Of The Sun" qui, comme son titre le suggère, nous darde de ses 11 morceaux radieux et chaleureux. Malgré leurs origines nipponnes, c’est plutôt aux sources de la scène West London et broken beat anglaise que Shuya et Yoshihiro Okino puisent leur inspiration. Dans le droit fil de leurs compatriotes U.F.O. et, plus récemment, Su-Pakah-Pooh, ou des Allemands de Jazzanova et Trüby Trio (avec qui ils partagent le même label), les deux frères se sont attachés les services de quelques vocalistes (homme et femme) qui viennent poser leurs timbres chaleureux sur des compositions langoureuses, descendantes directes du soul-jazz-funk des seventies. Les Européens n’ont qu’à bien se tenir !


Simon Says : Best Of
Le chanteur marocain résident en Suède Simon Says est de retour. Après Karima, le chanteur propose son best of avec des musiques du même style électronique. C’est un mix de paroles en anglais et en arabe que Simon Says semble affectionner. Sa voix possède une touche spéciale puisqu’elle se prête à la House music et à la techno. Le best of de Simon est donc fidèle à cet esprit qu’on retrouve dans plusieurs havres de la nuit. Le best of regroupe neufs succès de l’artiste, certains revisités ainsi qu’un titre inédit « Moroccan Stayla ! ».


Artistes divers : La Mezzanine de l’Alcazar
Alors que les compilations lounge envahissent les bacs, la Mezzanine de l’Alcazar affirme son attachement au genre. Pour exprimer l’esprit éclectique de ce haut lieu de la branchitude parisienne, le restaurant ne pouvait trouver meilleurs porte-parole que le directeur artistique de la Mezzanine, Fabrice Lamy, et un des DJ résidents, Shade, pour un voyage en deux temps ("Dinner Time" et "Seduction Time"). Ce périple musical débute dans une ambiance electro-chic où se côtoient la "soul vibration" de J-Walk, le tango futuriste de Gotan Project ou encore l’indianisant "Lebanese Blond" de Thievery Corporation.
Puis, on nous emmène au cœur d’une deep-house jazzy atteignant des sommets de sensualité avec des morceaux comme "Pure" de Blue Six, le très classieux "No Communication, No Love" de Charles Schillings et le soulful "My Heart Belongs To Daddy" de Playin 4 The City. Incontestablement un disque idéal pour accompagner vos douces nuits d’été.


Fatboy Slim : You’ve come a long way, Baby
Norman Cook, alias Fatboy Slim, a fait bien du chemin. De la pop des Housemartins à la fin des années quatre-vingt, à l’acid house sous le nom de Pizzaman, en passant par les tubes de Freakpower ou Beats International, Norman Cook a bourlingué à travers les genres musicaux. Pour finalement trouver sa voie, son nom et son style en Fatboy Slim. You’ve Come A Long Way, Baby, deuxième album de Cook sous ce nom de doppelganger mystérieux, est la référence big beat, le disque ultime du genre. Panorama des influences et des goûts à l’éclectisme rare de Cook, You’ve Come A Long Way, Baby est un collage astucieux et sensuel de petits morceaux de musiques variées arrachés à la soul, au reggae, à la pop, sublimés – au sens chimique du terme – en un son unique, un hymne endiablé à la fête. L’inévitable et térébrant hit "Rockafeller Skank", l’atmosphérique et inquiétant "Right Here, Right Now", l’ultra groovy "Fucking In Heaven", la soul très énervée de "Gangster Tripping", illustrent toute la richesse de l’album et l’imagination musicale virtuose de son créateur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *