Ecouter

« Le soleil et l’ouvrier » de Balbino Medellin

Dans son deuxième opus, « Le soleil et l’ouvrier », entre convivialité, réalisme et humour, Balbino Medellin conte les petites histoires de tous les jours. Après « Gitan de Paname », l’artiste trace sa route imposant une chanson française, dans le sens noble du terme, à des années-lumière de tout misérabilisme. Il aime les gens, leurs bonheurs, leurs malheurs, la vie tout simplement. Avec « Le soleil et l’ouvrier », il revient nous conter ces histoires ordinaires de gens extraordinaires. Accompagné de son fidèle accordéoniste, Balbino Medellin met en exergue de sa voix rocailleuse la noblesse du métier d’ouvrier. Tour à tour sentimental avec « Fille de Lille », drôle sur « Super héros » ou encore rendant hommage à son fief catalan dans « Perpignan », l’artiste dépeint des tranches de vie avec sensibilité et réalisme.



L’univers atypique de Francis Black

Quand rapidité rime avec qualité… L’ex leader des Pixies délivre un travail concocté dans l’urgence, du bout des doigts, le long d’un mini album de sept titres. «Svn Fngrs», voici un nom bien étrange pour ce mini album de sept titres, à la croisée du rock, de la pop et de la country. Bienvenue dans l’univers atypique de Monsieur Black, toujours avide de mélanges et autres cocktails musicaux. Sous son curieux nom, le titre de ce mini opus (« Seven Fingers » en entier) fait en réalité référence à une divinité mythologique irlandaise nommée Cúchulainn, qui possède sept doigts, sept orteils et une force gigantesque. Frank Black aurait-il la folie des grandeurs en se considérant comme un demi-dieu ? Une chose est certaine c’est que ce disque, enregistré et mixé en six jours à peine, sent le travail vite fait mais bien fait.



Sebastien Tellier à l’Eurovision

Sébastien Tellier, chouchou des milieux branchés, ovni de la scène électro plutôt confidentielle, il vient de sortir son 3e album, sobrement intitulé Sexuality, produit par Guy Manuel de Homen Christo (l’un des deux Daft Punk). Son single L’Amour et la Violence a tout simplement bouleversé la critique rock qui crie au génie absolu ! Ce personnage atypique, cheveux longs, barbe et lunettes noires, à mi-chemin entre Sébastien Chabal et un prophète, se lance avec cet album dans une odyssée sexuelle, aux sonorités électro 80’s et aux paroles langoureuses (il est fan de Christophe).  Alors puisque cela fait des années qu’on rale devant les piètres prestations de la France et qu’on appelle à un peu d’originalité, nous seront toutes devant notre télé le 24 mai pour écouter son single Divine. Parce qu’il ne faut pas oublier non plus que Sébastien Tellier nous a évité cette année Laâm et Tina Arena.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *