Écouter

Les Cowboys Fringants chantent «Sur un air de déjà vu»

Récemment revenu avec un album, le groupe récidive encore avec un disque-concept réalisé comme un fourre-tout. Pourquoi Les Cowboys Fringants sortent-ils encore un album ? Tout simplement parce que leur précédent projet, «L’Expédition», n’était que l’arbre qui cachait la forêt. Car «Sur un air de déjà vu» est présenté comme une «face B» de ce disque, une sorte d’album-compilation regroupant des morceaux précieux des Québécois : titres jamais dévoilés jusqu’ici, chansons incohérentes avec l’univers de tel album ou tel autre, etc. Ainsi, ceux qui n’on pas encore la chance de connaître ces gais lurons venus de Montréal vont avoir une excellente occasion de pénétrer leur univers.

Volontairement envisagé comme un fourre-tout, «Sur un air de déjà vu» fait immédiatement voyager le pauvre européen coincé chez ses cousins québécois, un peu plus drôles. Il faut écouter «Par chez nous» pour goûter à la verve excentrique du groupe, sur le sujet pourtant peu motivant des fermetures d’entreprises.



J.J. Cale revient une nouvelle fois

Le vétéran de la musique country revient, une nouvelle fois, avec un disque qui respire la santé. Ceux qui pensent trouver un J.J. Cale changé sur «Roll On» doivent revoir leurs attentes : après plus de trois décennies de carrière, l’Américain d’Oklahoma City n’avait aucune raison de modifier la façon d’envisager la musique qui lui a permis de rencontrer le succès (peut-être même plus sur le vieux continent que dans son pays d’origine). A 70 ans, et toutes ses dents, l’auteur et musicien, rendu célèbre pour avoir notamment écrit le texte de «Cocaine», revient donc avec «Roll On», un 14ème album pour lequel il a (encore) sonné Eric Clapton ! Amoureux de la country, du blues bien sûr, et du jazz, J.J. Cale rend ici un hommage parfait à ces styles musicaux en distillant son savant mélange qui respire la santé et la luminosité (notamment sur le rassurant «Old Friend»).



Peter Von Poehl livre  «May Day»

Trois ans après la sortie de son premier opus, le Suédois s’ouvre un peu plus sur le monde en appelant à l’aide sur «May Day». Le blondinet Peter Von Poehl a beau afficher la nationalité suédoise, il n’en conserve pas moins des liens étroits avec la France et ses artistes. Ainsi, nous avons eu tour à tour l’occasion de l’écouter jouer de la guitare au sein du groupe de rock A.S. Plus pop, «Forgotten Garden» nous ouvre les portes d’un jardin aux couleurs délicates. Avec «May Day», Peter Von Poehl se tourne un peu plus vers son prochain et amorcer l’abandon d’un esprit un peu trop intimiste.
Dragon et collaborer avec Vincent Delerm, Marie Modiano et Birdy Nam Nam, entre autres. «May Day» est le titre de son deuxième album, qui paraît deux ans après «Going to where the tea-trees are» et le passage de l’artiste dans plusieurs festivals, dont les Transmusicales de Rennes.

Entre rock, soul et même folk, le Suédois fait ici ses vocalises et prouve que son renouvellement artistique se fait son difficulté.



Régine nous fait l’honneur d’un nouvel album

À 80 ans, la grande Zoa nous fait l’honneur d’un nouvel album très tendance réunissant la fine fleur de la musique. Communiquer sur l’âge d’une dame est toujours malvenu. Mais nous ne tairons pas celui de Régine car, à 79 ans, la rousse connue comme la Reine de la nuit est toujours en activité et prouve qu’âge avancé ne rime pas avec zéro activité. Après avoir fait ses adieux au monde des paillettes nocturnes en 2003, elle revient donc sur le plan musical avec ce «Regine’s Duets» impressionnant, dont les contributeurs viennent confirmer une chose : que la grande Zoa est et reste une artiste très tendance en cette fin de décennie.

Les générations les plus jeunes ne connaissent sans aucun doute pas «J’ai toujours porté bonheur aux hommes», l’un des tubes de référence de Régine, qu’elle interprète ici gaiement en duo avec l’un de ses amis, Boy George, dont la pointe d’accent est tout simplement craquante. Le punk Didier Wampas a été invité pour magnifier «La Grande Zoa», sur des airs salsa réjouissants.



Cerrone et les internautes

Le pape de la musique disco propose son nouvel opus en téléchargement gratuit sur son site officiel. À l’heure où tout le monde parle de crise économique, celle du disque est bien réelle depuis quelques années déjà. Certains artistes décident de s’affranchir des réseaux traditionnels en proposant leurs albums en téléchargement libre sur Internet. C’est le cas du pionnier de la musique disco, Cerrone, qui met à la disposition des internautes sa dernière création, «Cerrone By Jamie Lewis», sur son site officiel jusqu’au 14 mars, en partenariat avec une grande radio électro.



Kelly Clarkson revient avec un album en demi-teinte

L’Américaine revient avec un album en demi-teinte emmené par le tube «My Life Would Suck Without You». Le leader du groupe OneRepublic, Ryan Tedder, n’a pas tari d’éloges concernant ce quatrième album studio de Kelly Clarkson. Normal, quand on sait que l’Américaine a travaillé avec lui pour élaborer ses nouveaux titres. Tedder a notamment expliqué que le disque était bourré de sons inspirés par Garbage ; une erreur de jugement car concrètement, «All I Ever Wanted» accorde plus de place à la pop FM habituelle de la chanteuse qu’à un rock électro créatif élaboré avec Shirley Manson et ses potes. Après avoir conquis les foules avec son single «My Life Would Suck Without You», elle dévoile 13 autres chansons colorées.

Katy Perry n’avait finalement pas voulu de «I Do Not Hooked Up», alors elle l’a tout simplement donnée à Kelly Clarkson, qui l’interprète avec une vigueur exceptionnelle, clamant qu’elle résiste à l’amour tout en n’arrivant pas à céder aux avances de son Don Juan.



Elissa et Fadel Chaker: Quand la douceur s’allie à la romance

Après le succès de son duo avec la chanteuse Yara, Fadel Shaker  dans son nouvel album, sorti il y a une semaine revient en duo avec la belle chanteuse libanaise Elissa. La chanson est tout simplement magnifique sous le titre « Gouwa El Rouh ». c’est un duo qui a réuni entre le feeling et la sensation de la reine de la romance Elissa Khoury et  la voix douce de l’artiste Fadel Chaker Par ailleurs, Fadel prépare un nouveau vidéoclip en collaboration avec le réalisateur Said el Marouk.  À noter Elissa a déjà collaboré avec la super star Ragheb Allam dans la chanson « Betghib we Terouh » et la star du Rai cheb Mami dans la chanson intitulée « Ana kouneti Fe siretak »  qui a trouvé beaucoup de succès dans le monde entier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *