Émergence de nouveaux talents du cinéma

Émergence de nouveaux talents du cinéma

Les efforts consentis au niveau de la région du Souss-Massa-Daraâ (SMD) pour la promotion du cinéma n’ont cessé d’accroître ces dernières années. Entre naissance de festivals dédiés au 7e art, création de fonds consacrés à la promotion de l’industrie cinématographique au niveau d’Ouarzazate, les initiatives entreprises dans ce sens sont nombreuses. Par ailleurs, l’expérience marquante, pour les comédiens de la région, reste le projet du film industrie qui s’est étalé sur une période de deux ans. En effet, ce concept avait démarré avec l’ambition de donner une opportunité de promotion aux jeunes talents émergents au niveau de la région. Cette expérience consistait à réaliser une trentaine de films tournés sur Agadir. En projet porteur, le film industrie a été d’un grand apport dans la promotion de nouveaux talents dans le secteur et dans divers domaines liés au cinéma. Certes, le talent de certains était confirmé depuis des années, aussi bien dans le cadre des clubs que dans les associations de théâtre mais l’accès aux salles de cinéma et à la télévision restait pour la plupart un rêve longuement caressé à cause du manque d’opportunités de tournage. Quelques années après, et malgré l’émergence de certains noms sur la scène cinématographique nationale, les mêmes handicaps entravent le développement de ce secteur. Cependant, certains noms ont pu se forger une carrière dans le domaine cinématographique en bravant les obstacles. Hassan Alioui est l’un de ces jeunes comédiens. Après des années d’expérience dans le théâtre, ce jeune comédien a renforcé son talent et a fait ses premiers pas sur les scènes de théâtre aux niveaux régional et national. Un talent confirmé avec les dix films tournés dans le cadre du film industrie. «Cela fait des années que J’avais débuté ma carrière dans le théâtre avant mon intégration dans l’équipe du projet du film industrie qui a marqué un tournant dans ma carrière d’acteur», souligne Hassan Alioui. Depuis, ce jeune acteur a incarné plusieurs personnages dans des films programmés sur les chaînes nationales. «Choisi comme l’un des dix meilleurs acteurs dans le cadre du film industrie, je voyais enfin ma carrière cinématographique démarrer. C’est ainsi que j’ai travaillé dans le cadre de ce projet sur 10 films où j’ai incarné plusieurs personnages», exprime ce jeune comédien. Parmi cette dizaine de films, on cite entre autres «Squelette», «Tarek Mon frère», «le rêve», «L’enveloppe», «Anarouz» et «Lagouba lik». Et c’est grâce au court métrage «les poupées en roseaux» que ce jeune acteur a dévoilé son talent au grand jour. Ce film a été primé à plusieurs reprises. L’expérience de Hassan Alioui est loin d’être un cas particulier. Plusieurs noms ont ainsi émergé du cinéma ou du théâtre régional pour se faire une place sur la scène nationale. Certes, le talent est aujourd’hui présent mais l’un des handicaps majeurs au développement de ce secteur demeure la formation des ressources désirant faire carrière dans le secteur du cinéma.
«La région dispose de grands talents et sur différents volets. On n’a qu’à voir le nombre de jeunes ayant émergé avec cette expérience du film industrie dans le domaine de l’écriture de scénario, de réalisation et de tournage. Nous avons besoin de ce genre d’initiative pour booster ce secteur comme il est aujourd’hui nécessaire de réhabiliter la place du théâtre au sein des écoles et universités pour assurer la relève et donner naissance à un public passionné d’art et de cinéma», souligne ce jeune acteur. En effet, l’organisation de formations et sessions de stage dans le domaine sont prioritaires pour les jeunes acteurs de la région. Certes, l’organisation de plusieurs festivals constitue une occasion pour pousser les passionnés du 7e art à se développer et leur offre des opportunités d’apprentissage et de formation mais le vide reste encore flagrant. La mouvance artistique créée par ces différents événements contribue certainement au développement du secteur mais il est judicieux de créer des structures régionales pouvant collaborer dans ce sens. La région de par ses atouts et potentiels doit certainement faire de ce secteur une priorité. La promotion de l’industrie cinématographique ne peut se faire sans la professionnalisation des ressources travaillant dans ce secteur artistique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *