En hommage à Yves Saint Laurent: Deux musées ouvriront leurs portes en octobre à Paris et Marrakech

En hommage à Yves Saint Laurent: Deux musées ouvriront leurs portes en octobre à Paris et Marrakech

Lorsque Yves Saint Laurent découvrit Marrakech en 1966, ce fut un tel choc qu’il décida tout de suite d’y acheter une maison et d’y revenir régulièrement.

Deux musées consacrés au célèbre créateur de mode français, Yves Saint Laurent, ouvriront leurs portes à Paris et à Marrakech en octobre prochain, indique la Fondation Bergé-Saint Laurent. Le premier musée prendra place dans l’hôtel particulier du 5 avenue Marceau, où Yves Saint Laurent a installé sa maison de couture pendant 30 ans (et où réside le siège de la Fondation Pierre Bergé–Yves Saint Laurent). Le deuxième, lui, sera installé à Marrakech, ville qui a marqué le couturier. «Lorsque Yves Saint Laurent découvrit Marrakech en 1966, ce fut un tel choc qu’il décida tout de suite d’y acheter une maison et d’y revenir régulièrement. Il est donc parfaitement naturel, cinquante ans après, d’y construire un musée consacré à son œuvre qui doit tant à ce pays. Quant à Paris, est-il besoin de préciser que c’est là qu’Yves Saint Laurent a créé toute son œuvre et bâti sa carrière?», souligne son compagnon Pierre Bergé.

A Marrakech, le musée sera placé à proximité du Jardin Majorelle que le couturier et son compagnon Pierre Bergé avaient acquis en 1980. Conçu tel un centre culturel, ce musée s’étale sur une superficie de près de 4.000 m2. Il comprend en fait un espace d’exposition permanente, une salle d’exposition temporaire, une bibliothèque de recherche, un auditorium, une librairie et un café. «Au Maroc, j’ai compris que mon propre chromatisme était celui des zelliges, des zouacs, des djellabas et des caftans. Les audaces qui sont depuis les miennes, je les dois à ce pays, à la violence des accords, à l’insolence des mélanges, à l’ardeur des inventions. Cette culture est devenue la mienne, mais je ne me suis pas contenté de l’importer, je l’ai annexée, transformée, adaptée».

En ce qui concerne le musée de Paris, il présente alternativement, sur plus de 450 m2, son parcours rétrospectif et des expositions temporaires thématiques. Plus qu’un musée monographique, le parcours muséal rend compte d’une époque où la haute couture accompagnait un certain art de vivre aujourd’hui disparu. Ainsi, les anciens salons de haute couture et le studio historique de création plongent les visiteurs au cœur de la maison de couture. Selon la fondation, une cinquantaine de modèles accompagnés d’accessoires, croquis, photographies et vidéos, seront présentés au public. Les anciens salons et surtout le studio historique de création d’Yves Saint Laurent plongeront ainsi le public au cœur du processus de création. Le grand couturier Yves Saint Laurent n’a eu de cesse de construire un style qui lui est propre.

Ses vêtements appartiennent à l’histoire du XXème siècle, tant ils ont accompagné l’émancipation des femmes dans tous les domaines. Caban, trench-coat, smoking, tailleur-pantalon, saharienne, composent la garde-robe de chacune d’elles. Mais Yves Saint Laurent est aussi le dernier des grands couturiers, nostalgique d’une époque marquée par la splendeur d’une haute couture forte. Aussi peut-on lire à travers ses fastueuses robes du soir autant d’hommages à la peinture, à la littérature, au théâtre et à la mode. L’ouverture de deux musées qui lui sont consacrés ne fait que démontrer à quel point Yves Saint Laurent a été l’un des plus grands artistes de son temps.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *