Enquête : Les soldes à Casablanca battent leur plein

Enquête : Les soldes à Casablanca battent leur plein

C’est parti pour les soldes d’hiver ! Sur les vitrines des magasins, réductions, remises et autres démarques. Attendus par les clients, les soldes le sont également par les commerçants qui comptent sur cette période pour augmenter leurs ventes. Devenu un phénomène commercial, les soldes sont un moment très attendu pour réaliser les bonnes affaires. «Enfin, les soldes sont là ! Je les attendais avec impatience, ça fait plusieurs mois que j’économise, pour pouvoir renouveler ma garde-robe», lance Fatimazzahra, venue spécialement de Meknès pour faire son shopping.
Certains vont se demander pourquoi tant d’euphorie dans les magasins durant les soldes. Tout simplement parce que le temps passe, les saisons se succèdent et la mode aussi. Chaque année, les grands couturiers mettent leur génie créateur au profit des «fashion victime» qui, quel que soit le prix, achètent manteaux, sacs, chaussures, bijoux, parfums… pour se faire plaisir.
«Ce qui m’intéresse, c’est de porter des vêtements très à la mode, de bonnes marques, quel que soit le prix, je n’achète pas en période de solde seulement, mais aussi quand les magasins lancent un nouveau produit», affirme Amina, une jeune Casablancaise férue de shopping. Ce n’est pas le cas pour Lamia, jeune étudiante qui attend les soldes pour acheter un manteau : «Personnellement, je n’ai pas les moyens pour payer un manteau à 2000 DH ou plus. J’attend cette période pour l’acheter à un prix raisonnable. C’est vrai que les franchises ont annoncé leurs soldes, mais, jusqu’à maintenant, je vois que les prix ne sont pas réellement soldés». Lamia pensent dur comme fer que les prix ne sont pas vraiment soldés et que les magasins trompent les acheteurs. Pour elle, il faut bien s’assurer que les remises consenties représentent une véritable réduction par rapport au prix de départ. «Tout à l’heure, j’ai voulu acheter un pantalon et j’ai remarqué que les pourcentages de remise affichés dans les vitrines ne s’appliquent qu’à un petit nombre d’articles. La vendeuse m’a dit que pour certains produits ne sont proposés qu’à 10 ou 15% alors que dans la vitrine ils ont annoncé 50%», souligne Lamia.
Les franchisés, pour leur part, ont les astuces qu’il faut pour attirer les clients. leurs magasins, qui fleurissent dans tout le royaume, proposent des baisses de prix pouvant aller jusqu’à 50%. Et pour ceux qui disposent de budgets limités et qui cherchent des articles de marques, ces soldes sont du pain béni.
«C’est vrai que quelques franchises ont commencé leurs soldes en décembre, mais mon budget ne me permettait pas de m’aventurer. Maintenant, j’ai touché mon 13e mois, alors je ne sortirai pas de ce magasin les mains vides, surtout que je compte acheter des cadeaux pour ma famille», confie Yassine qui a choisi le samedi pour faire son shopping.
Samedi est le jour de la bénédiction pour les boutiques, parce que leurs chiffres d’affaires augmentent en une seule journée. «Samedi est mon jour préféré, puisque je vois mon chiffre d’affaires monter en flèche. Les clients viennent profiter des soldes et mais aussi de la belle ambiance de ce quartier Maârif», indique la gérante d’un magasin d’accessoires.
Le quartier Maârif est un lieu de pèlerinage pour tous ceux qui veulent faire leurs shoppings, mais aussi pour ceux qui se contentent de faire le lèche vitrines, par manque de moyens, le plus souvent. «Pour faire mes achats, je ne m’aventure jamais au Maârif, si je suis là, c’est juste pour profiter de l’ambiance. Mon modeste budget ne me permettra jamais d’acheter des vêtements d’une franchise, mais bon… je ne me prive pas de regarder quand même. De toute façon, j’irai demain à Derb Sultan pour acheter une jupe à un prix qui me convient», révèle Kaoutar, qui trouve que ces prix ne sont accessibles qu’à une tranche sociale précise.
Houda, qui se trouve dans une franchise de lingerie, fait partie de cette tranche sociale, puisqu’elle dépense tout son salaire pour faire son shopping. «Pas étonnant que ma carte de crédit glisse de façon magique de mon portefeuille pour atterrir directement dans les mains de la caissière. C’est tellement simple, en une fraction de seconde, le tour est joué!», s’exclame Houda, une mordue de la fièvre acheteuse.
Une fièvre qui touche davantage les femmes que les hommes, les adultes que les adolescents, même s’ils n’ont pas les moyens. Il y a les acheteurs compulsifs et ceux qui se culpabilisent. Si l’objet convoité est une robe, un sac dernier cri ou une marque connue, les choses se compliquent. Le plaisir d’acheter se transforme alors en une véritable dépendance qui peut générer le sentiment de culpabilité.
«Je fais du shopping par nécessité», «j’achète utile», «j’achète pour le plaisir», «j’achète pour combler un manque», «j’achète pour me remonter le moral», «je profite des soldes» ou bien pour suivre la mode… Les prétextes se multiplient pour ces accros de la nouvelle tendance.
Pour les commerçants, c’est la liquidation des stocks qui importe. Les ventes à prix réduits stimulent les chiffres des ventes des commerçants et leur permettent d’écouler rapidement leurs stocks. «On attend toujours cette période de soldes pour faire sortir surtout les invendus de l’année dernière. Les clients affluent toujours en masse pendant les premiers jours pour avoir une marge de choix», explique un vendeur de chaussures. Ahmed, vendeur dans un magasin de grande marque, explique que son magasin n’aura pratiquement plus de stock en l’espace de quelques jours seulement. «Ils sont nombreux à rendre visite à notre boutique. La plupart ne sortent pas les mains vides», dit-il
Des réductions alléchantes, qui vont de 20 à 50 %, adoptées par l’ensemble des boutiques, au grand bonheur des adeptes des rabais. Ces derniers doivent faire preuve de beaucoup de vigilance.
La joie de rentrer chez soi les bras chargés de paquets ne devrait pas faire oublier certaines mesures à respecter, car on peut avoir de mauvaises surprises. Pour cela, il faut être très attentif en période des soldes que durant les achats habituels. Il s’agit surtout de vérifier le rapport qualité/prix et le pourcentage de réduction avant de se laisser séduire par les publicités attrayantes.
Les soldes se poursuivront jusqu’au mois de février pour certains magasins. Alors que pour d’autres, la période s’arrête lorsque la liquidation des stocks est accomplie.
Si vous n’avez pas encore fait votre shopping, eh bien, vous savez ce qui vous reste à faire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *