Entre cinéma et immigration

Entre cinéma et immigration

Le festival «Cinéma et immigration» revient à nouveau pour la deuxième édition à Agadir. Organisé du 29 septembre au 2 octobre par l’Association «Initiative culturelle», ce festival est, selon les organisateurs une manière d’intégrer la ville d’Agadir dans les circuits des festivals de cinéma. En outre, Agadir est connu par ses flux migratoires vers l’Europe.
L’édition précédente de ce festival a connu, d’après l’Association «Initiative culturelle» un succès remarquable.
C’est pour cette raison que les organisateurs ont tenu à renouveler cette expérience. Le thème de cette édition traitera toujours de l’immigration et regroupe des films qui ont focalisé sur ce sujet. Le choix du thème se justifie par le fait que l’immigration est devenue un thème de société, vu ses répercussions économiques, sociales et culturelles.
Il constitue également un souci majeur pour plusieurs pays européens qui appartiennent à un continent où l’immigration pèse de plus en plus. Ce thème surgit dans tout dialogue entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée.
Le 7ème art au Maroc s’est longtemps intéressé à ce phénomène. Des réalisateurs marocains ont produits, depuis plus de deux décennies, des longs- métrages marocains traitant du sujet.
Cependant pour ne pas se répéter et tomber dans le piège de la monotonie, les organisateurs ont choisi d’intégrer le thème des droits de l’Homme. Un thème qui sera l’objectif principal de cette édition. Dans ce sens, Driss mbarki, président de l’Association «Initiative culturelle», a déclaré à la MAP : «Après le succès qu’a connu la 1ère édition du festival traitant du thème de l’immigration dans le cinéma dans ses dimensions humanitaire, politique, sociale et artistique, cette édition se focalisera sur le thème des droits de l’Homme dans le cinéma marocain ». Ainsi donc plusieurs films qui relatent les problèmes des droits de l’Homme seront projetés.
De ce fait, le public pourra assister à la projection de «la chambre noire» de Hassan Benjelloun, «Jawhara» de Saâd Chraïbi, ainsi que «Chevaux de fortune» de Jilali Ferhati.
Côté international, des longs métrages tels que «Inchallah dimanche» de Yamina Benguigui, seront également présents lors de cette édition.
D’après Naîma Lemcherki, présidente de l’édition précédente, « ce festival promet d’être très enrichissant et permettra de faire participer la ville d’Agadir dans les manifestations cinématographiques». En effet, selon cette actrice marocaine, chaque ville doit posséder son propre festival du cinéma. Ce secteur s’active petit à petit au Maroc. On assiste, ces derniers temps à une multitude de festivals du cinéma, ce qui, selon les professionnels, s’annonce positif.
Parallèlement aux films en compétition, une caravane cinématographique sillonnera la région d’Agadir. C’est une sorte de salle de cinéma mobile.
Les habitants de la région pourront bénéficier de ces projections et s’ouvrir sur l’univers du cinéma grand écran. Un univers pas très accessible aux populations démunies.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *