Exposition à la CDG : Les clichés d’un diplomate

Cette exposition de l’ambassadeur de Bulgarie, organisée à la CDG du 8 au 25 septembre, rassemble une série de photographies en noir et blanc. Des photos qui reflètent, dans leur majorité, un Maroc simple, modeste, fait de gens pauvres et d’enfants démunis.
Ces personnages qui sont photographiés sont souriants et inspirent l’optimisme. Cependant, ces photos ne manquent pas de véhiculer une certaine image folklorique confinant à des clichés. Sur ces photos, on voit des mendiants, des agriculteurs, des vieillards, des femmes voilées, mais à nul moment le visage moderne du Maroc. Les villes qui sont photographiées sont pour la majorité des communes rurales, ou encore des quartiers populaires. Par ailleurs, Guéorguy Karev semble épris par ces facettes du Maroc et fasciné par les sourires des gens modestes et qui habitent dans les campagnes. Cependant une question s’impose, pourquoi ces photos ne reflètent guère certains paysages d’un Maroc développé, d’un Maroc citadin ? Sans doute cela est dû à la propre volonté du photographe. En effet, les sujets de prédilection de M.Karev semblent être les gens ordinaires et modestes saisis dans les rues et les souks ainsi que les enfants. Il le immortalise par le biais de son appareil photo.
D’après l’ambassadeur de Bulgarie, son but n’est pas de prendre des photos qui ressemblent à des cartes postales. Il déclare dans ce sens : «Iil faut éviter les pièges des stéréotypes touristiques ». Il semblerait donc que le principal objectif de Gueorguy Karev est de garder le souvenir de certaines images qui l’ont touchées ou émues. Une fois de retour en Bulgarie, ces photos feront l’objet d’une exposition. Par ailleurs, les Bulgares qui n’ont jamais visité le Maroc risque de penser qu’il n’existe au Maroc que des campagnes, des champs de blés et des gens pauvres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *