Exposition à la galerie Mémoarts: Hommage à l’artiste plasticien Hassan El Glaoui

Exposition à la galerie Mémoarts: Hommage à l’artiste plasticien Hassan El Glaoui

La galerie casablancaise Memoarts rendra un vibrant hommage à Hassan El Glaoui, l’un des premiers peintres modernes du Maroc, en organisant du 23 janvier au 15 février 2014 une exposition à son honneur.

«À travers cette exposition-hommage, la galerie cherche à donner un aperçu de l’œuvre riche et variée, étalée sur plus de cinquante années de ce grand artiste, qui a marqué la mémoire artistique marocaine», souligne-t-on. En effet, les œuvres de ce grand artiste plasticien se reconnaissent à travers les chevaux et cavaliers présentés avec des couleurs éclatantes.

Hassan El Glaoui peint également des natures mortes et des portraits. C’est à cette partie de son travail que le peintre tient le plus : «Les gens qui affirment que je suis le peintre des chevaux ne connaissent pas ma peinture», déclare-t-il. Cet artiste de renommée mondiale a marqué son penchant pour le dessin et la peinture dès sa tendre enfance.

Il apprend à dessiner à l’âge de dix ans et doit sa carrière au Premier ministre Winston Churchill qui a recommandé à son père, le pacha El Glaoui, de ne pas contrarier la vocation de son fils. En 1950, la visite qu’a rendue au pacha le Major-général américain Goodyear, fondateur et président du Musée d’art moderne à New York et collectionneur notable d’œuvres d’art, est aussi déterminante pour le jeune peintre qui va poursuivre des études à l’École des Beaux-arts de Paris.

Hassan El Glaoui baigne dans l’atmosphère coloniale où se succèdent de nombreux peintres comme Raoul Dufy. Vers l’âge de neuf ans, il achète de son propre argent de poche un cheval auquel il vouera une véritable passion, et qui déterminera, presque comme un devoir de mémoire, le choix de sa thématique sur le cheval et la fantasia.

Ses tableaux figurent rapidement dans les collections privées les plus célèbres du monde. En 1965, Hassan El Glaoui rentre définitivement au Maroc où il expose pour la première fois à Casablanca et Rabat mais continue ses voyages à l’étranger. A partir de là, son succès ne cesse de grandir, et en fait un artiste-clé de sa génération et de l’art arabo-musulman.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *