Exposition collective à la Galerie Fès-Saiss

La première galerie d’art contemporain vient de faire son apparition à Fès. Cette galerie a pris le nom de l’association qui l’abrite et qui n’est autre que Fès Saiss. Cet espace a été inauguré le 4 juin à l’occasion de la onzième édition du Festival des musiques sacrées du monde. Cette galerie a été aménagée par l’artiste-peintre Hassan Saloui. Elle comporte en tout et pour tout, quatre pièces d’exposition.
Dans ces espaces qu’aucune porte ne sépare, sont exposés les récents travaux des peintres Fouad Bellamine, Mustpha Boujemaoui, Hassan Saloui, ainsi que Abderrahim Yamou. Chacun de ces artistes donne à voir à travers cette exposition, ses dernières recherches. Pour les observateurs de la scène artistique et picturale, ce fut par moments une surprise et pour d’autres un certain sentiment de déjà vu. En fait, les artistes qui ont exposé sont restés fidèles à leur techniques de créations tout en essayant d’innover en offrant quelques touches d’originalité. C’est le cas par exemple de Mustapha Boujemaoui qui après avoir pendant longtemps exposé des verres de thé, se met aujourd’hui à garnir la totalité de la toile des graines de thé vert desséchés. C’est dans une sorte d’obsession que le peintre se lance dans cette initiative. Le thé est toujours présent dans l’œuvre de Boujemaoui. Si ce peintre s’attache à son thé, Abderrahim Yamou est lui aussi toujours attaché à ses convictions de peintre.
L’artiste plonge le spectateur dans son monde. Il continue à exposer des formes et des objets du monde végétal. Ainsi, eucalyptus, algues marines et autres fleurs du monde sous-marin sont omni-présents dans les œuvres de Yamou. Fouad Bellamine est lui aussi fidèle. Dans ses récents travaux, l’empattement des couleurs est constamment utilisé par l’artiste.
Des couleurs qui donnent naissance à une profondeur, où le spectateur averti peut discerner des coupoles de Marabout. Un univers qui semble impressionner l’artiste qui a été éduqué au sein d’une famille traditionnelle.
Tradition est un terme qu’on retrouve également à travers l’œuvre de Hassan Slaoui. Ce dernier travaille toujours avec des matériaux qui rappellent les écoles coraniques. Sansal, bois poli, palimpseste sont cet univers constamment interrogé par Hassan Saloui. Par contre, côté format, l’artiste voit grand. Il travaille sur des surfaces plus larges.
En somme, l’exposition collective à la Galerie Fès Saiss regroupe des artistes sous le signe de la redécouverte. L’exposition se poursuit jusqu’au 25 juin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *