Exposition d’André Elbaz : un demi-siècle à découvrir

Exposition d’André Elbaz : un demi-siècle à découvrir

Il est artiste nomade, plasticien pluridisciplinaire. André Elbaz, l’un des précurseurs de la peinture marocaine contemporaine présentera au public rbati et casablancais des œuvres couvrant un demi-siècle d’une carrière dédiée aux arts plastiques. Il présentera une rétrospective composée de 250 œuvres, et ce du 2 novembre au 30 décembre à la Villa des arts de Casablanca et du 9 novembre au 30 décembre à la Villa des arts de Rabat. Ces deux expositions sont organisées par la fondation ONA et le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME). «Vivant entre Narbonne et Paris, les expositions d’André Elbaz au Maroc sont bien trop rares. De plus, jamais auparavant l’artiste n’avait montré quelques unes des ses œuvres datées d’un demi-siècle», indiquent les organisateurs. À la Villa des arts de Rabat, seront présentés les travaux de jeunesse et les œuvres de maturité datées entre 1955 et 1986, notamment «les Collages». Ses premières toiles abstraites seront présentées sous le thème «Retournement de l’histoire» et son travail de «War artist». En ce qui concerne son exposition à la Villa des arts de Casablanca, l’artiste plasticien André Elbaz exposera ses travaux à base de fibre végétale qui ont une place prépondérante. Ainsi une série des villes orientales et celle des musiciens feront contrepoint aux œuvres très puissantes que sont les œuvres «exécutées», les urnes, les lacérations et les anamorphoses. Cette rétrospective constitue assurément l’un des moments forts de la rentrée artistique au Maroc. Elle s’accompagne de plusieurs conférences programmées à Rabat et Casablanca. À cette occasion, André Elbaz dévoilera son livre intitulé «Tu en verras de toutes les couleurs. Parcours d’un précurseur de la peinture contemporaine au Maroc».
Ce livre comporte le reçu de son vécu et ses expériences partagées avec d’autres artistes marocains. Il a été publié par les éditions «La Croisée des Chemins». Natif d’El Jadida, d’André Elbaz est né en 1934. L’artiste-peintre a résidé avec sa famille au Maroc, notamment à Casablanca, jusqu’en 1955. Il est le troisième enfant d’une famille qui comprend sept. Son père, Elie Elbaz est l’un des premiers photographes marocains. Egalement conteur, violoniste, luthiste, il dirige l’orchestre andalou d’El Jadida. De 1957 à 1961, André s’inscrit à l’École des beaux-arts de Paris et s’installe à Montmartre. Il retourne au Maroc où il rejoint l’artiste Farid Belkahia pour enseigner, de 1962 à 1963, la peinture, le dessin et l’histoire de l’art à Casablanca. La première exposition personnelle d’Elbaz est un triomphe. André Elbaz est considéré comme un nomade, il voyage beaucoup, notamment au Canada où il est représenté par deux galeries à Montréal et à Ottawa. Il compte à son actif un répertoire des films. On cite parmi lesquels, «La nuit n’est jamais complète», «L’homme à la bouteille», «Calder, ou faites le vent vous-mêmes», «Court-métrage sur l’histoire de l’art américain» et «Des œufs et des autres».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *