Exposition «Des espaces autres»

Exposition «Des espaces autres»

Vous avez sans doute croisé, sur les boulevards de la ville de Casablanca et d’Al Hoceima, des photos artistiques d’un nouveau genre ! C’est l’exposition itinérante «Des espaces autres». Financée par l’ambassade des Pays-Bas, elle a officiellement été lancée le 25 septembre et sera clôturée le 15 novembre prochain. «Ce projet vise à instaurer un dialogue entre des artistes marocains et hollandais, qui ont chacun livré leur perception du pays de l’autre à l’occasion de résidences croisées entre Amsterdam et Casablanca», expliquent les organisateurs. «Des espaces autres» a été initiée à l’occasion de l’année de la photographie au Maroc et lancée lors de la Biennale de la photographie d’Amsterdam. Parmi les artistes marocains et hollandais ayant participé à cette exposition : Charlotte Dumas, Natascha Libbert, Saâd Tazi, Khalil Nemmaoui, Laila Alaoui et Zineb Andress Arraki. Chaque artiste prenant part à ce projet est appelé à donner sa vision personnelle d’une ville d’accueil. Selon Alya Sebti, co-commissaire de cette exposition, «l’expérience de la migration n’est qu’une des facettes de ce projet, qui se concentre aussi sur les échanges entre le Maroc et les Pays-Bas et qui traite également du rapport espace urbain – espace rural et l’apport de chaque pays dans le paysage de l’autre». D’ailleurs, la ville d’Al Hoceima a accueilli la première étape de ce projet où une partie des œuvres issues de la résidence d’artistes d’Amsterdam a été imprimée sur une importante façade d’immeuble du centre-ville. Ainsi, la deuxième étape «Des espaces autres» a démarré le 25 septembre pour un mois et s’est déroulée dans la foulée à Casablanca avec la participation de M’dina bus, où une trentaine de bus ont été habillés, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des véhicules, par la seconde partie des œuvres d’art issues de ces résidences d’artistes. «L’élément majeur de ce projet se situe au niveau du mode d’exposition. Nous avons aussi tenu à ce que la langue de communication de chacun des textes écrits soit publiée en darija» , ajoute le co-commissaire de cette exposition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *