Exposition : «Metamorphosis» de Faten Safieddine à Casablanca

Exposition : «Metamorphosis» de Faten Safieddine à Casablanca

Des dessins, des peintures, des photographies et des installations signées Faten Safieddine sont à découvrir dans la ville de Casablanca. Faten Safieddine, artiste d’origine libanaise, dévoile son exposition «Metamorphosis» jusqu’au 10 novembre à la Galerie Nadar.
À travers ses œuvres, Faten Safieddine montre son affection pour les jeux de l’ombre et de la lumière. Depuis toujours cette photographe a été attirée par cette thématique et sensible aux reflets et à tout ce qui sculpte la lumière. «Le travail de Faten Safieddine évoque la pure lumière des commencements, avant qu’elle ne se soit condensée en formes, en galaxies, en soleil ou en planètes. Dans ce chaos originel et muet surgit d’abord le son cosmique qui déchira les ténèbres informes et donna naissance aux couleurs dont la danse lumineuse s’épaissit en formes visibles», témoigne l’écrivain et romancier Jesus Greus. En fait, plusieurs œuvres sont présentées à cette exposition dont celle intitulée «Chrysalides de lumière». Celle-ci invite à un monde d’illusions optiques où se confondent perceptions sensorielles et projections de chacun; un monde transitaire entre les voiles de l’ombre et les rais des lumières. Cette œuvre a été présentée au Festival du monde arabe à Montréal et à la 4ème édition de la Biennale de Marrakech.
Il est à rappeler que Faten Safieddine est née en Guinée en 1954. Elle a été formée à l’Institut national des beaux-arts de Beyrouth, puis à l’Ecole nationale des beaux-arts de Paris et à l’Académie des beaux-arts de Florence. Elle a fréquenté l’École du Louvre à Paris, les ateliers de gravure de Paris, de New York et d’Asilah. Ses peintures ont été présentées en France, en Belgique, en Côte d’Ivoire et au Liban. Cette passionnée de l’art est également une journaliste et critique d’art. Elle est connue par ses films documentaires sur des artistes et sur le patrimoine marocain dont «Drissi, peintre de l’étrange», «Gharbaoui, à corps et à cris», «Melihi : la vague à l’âme», «La restauration du Minbar de la Koutoubia» et «L’art contemporain au Maroc».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *