Exposition Rachid Sebti : Tant qu’il y aura des femmes

Exposition Rachid Sebti : Tant qu’il y aura des femmes

L’exposition est intitulée «La Femme Vénérée».  D’emblée, on sait que l’on est face à une très belle qualité de peinture, un réel sens du détail, beaucoup de maîtrise de la couleur, des formes, de la lumière.  Et surtout une formation solide à la base pour le dessin et le trait. Le reste relève du plaisir de voir toutes cette feria de couleurs, sur des corps de femmes, portées aux nues.

On sent derrière chaque trait un désir de partage, une volonté d’élever la femme, de la mettre sur un piédestal, de la déifier, dans un élan cosmique d’amour, teinté d’érotisme et de volupté. Ce qui frappe dans ce travail, présenté aujourd’hui par l’unique Amal Laraqui, la fondatrice de la galerie d’art Amadeus, qui nous offre là l’une des plus belles expositions de l’année, c’est la force du propos. Nous sommes face à une peinture gorgée de vie. Rien n’est gratuit, aucune volonté de faire dévier le regard vers autre chose que la beauté de ce qui est donné à voir et la majesté de ces corps dont la nudité est d’autant plus magnifiée, puisqu’elle est à peine suggérée. Autant pour la galeriste que pour le peintre, il y a un commun accord, pour présenter aux aficionados, un travail sérieux, une belle approche de la peinture sur fond de désir, de volupté et de célébration de l’éternel féminin.

Rien de plus normal quand on connaît l’esthétisme de Amal Laraqui, qui a toujours mis en avant des artistes de premier ordre, souvent méconnus, mais dont le talent est immense.   Pour Rachid Sebti dont la renommée n’est plus à citer, lui qui fait partie des valeurs sûres des arts plastiques en Europe, et surtout en Belgique, où il passe pour l’une des plus grandes figures de la peinture depuis plusieurs décennies, «c’est certes un sujet éternel, la femme, mais il y a dans ce travail une vision couplée à un concept pour que ce travail se lise de manière homogène, comme une histoire». De fait, quand on parcourt les cimaises de l’Amadeus Art Gallery, on passe d’un chapitre à un autre, d’un épisode pictural à un autre, dans une histoire narrative romancée autour de la femme, de son corps, de ses rêves, de ses désirs, ses aspirations, ses fantasmes et les fantasmes auxquels elle donne naissance.

L’autre point crucial à ne pas perdre de vue dans cette exposition est l’explosion des coloris. Un large spectre qui va de la nuance à l’éclatement, dans une homogénéité parfaite. Couche sur couche, la femme prend de la densité, de la présence et la couleur est là dans le drapé, dans la peau, dans l’habit léger, pour en rehausser la puissance et la beauté.  Rachid Sebti réussit avec ce travail un réel tour de force et s’impose comme l’un des plus grands plasticiens marocains du moment. Un retour gagnant au Maroc pour un artiste qui a vécu plusieurs années loin du pays et qui y revient avec une énergie gourmande de créer, s’imprégner de la lumière locale, des ambiances pour offrir une magnifique collection qui fait déjà date.

Exposition jusqu’au 30 juin 2015 à Amadeus
Art Gallery, 10 rue Mozart. Casablanca.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *