Exposition : Titouan Lamazou retrace l’histoire de ses voyages à Casablanca

Exposition : Titouan Lamazou retrace l’histoire de ses voyages à Casablanca

L’artiste et écrivain Titouan Lamazou, infatigable observateur des sociétés qu’il traverse, fige les instants complices de son carnet de voyage à Casablanca. Il a choisi le Musée de la Fondation Abderrahmane Slaoui pour dévoi-ler ses peintures, ses croquis et ses œuvres photographiques du 14 décembre au 22 janvier. À travers ses œuvres, Titouan Lamazou montre les paysages ou encore témoigne de la vie quotidienne des Berbères du Haut Atlas. En effet, son œil occidental se pose davantage sur le courage des femmes issues de cette région montagneuse. Lors de cette exposition, les amateurs de l’art pourront également distinguer des projections de films courts pendant l’exposition sur une sélection de portraits qu’il a peints tout au long de son tour du monde inédit. Par ailleurs, les collectionneurs des livres pourront découvrir un bel ouvrage intitulé «Onze lunes au Maroc» édité chez l’édition Gallimard et Malika Editions. Réédité à l’occasion du trentième anniversaire de la sortie du premier carnet de voyage signé Titouan Lamazou et Karin Huet. C’est la compilation en un seul volume de deux publications : «Un hi-ver berbère», recueil de dessins et d’aquarelles de Titouan illustrant le journal de Karin, et «Sous les toits de terre», album photographique consacré à la décoration des salles d’hôtes de l’habitat berbère des montagnes. Nommé artiste de l’Unesco pour la paix en 2003, Titouan Lamazou est très tôt attiré par l’art. C’est grâce à ses voyages qu’il réalise ses premiers ouvrages en 1982. Sa rencontre avec Eric Tabarly (navigateur français) le conduit à poursuivre son parcours maritime jusqu’à la victoire dans le premier Vendée Globe et au titre de champion du monde de course au large en 1991. Au long de ces années, ce globe-trotter continue à affiner sa pratique artistique. Ses périples font l’objet de nombreux ouvrages, de dessins et de peintures jusqu’à la photographie qui, au début des années 2000, prend une place prépondérante dans sa démarche. En 2007, «Zoé-Zoé, Femmes du monde» au Musée de l’Homme à Paris rend compte de l’entreprise audacieuse menée pendant 6 ans autour du monde par Titouan Lamazou à travers des centaines de portraits de femmes. La photographie est devenue aujourd’hui son mode d’expression privilégié avec lequel il continue à dresser un état des lieux subjectif de ce monde.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *