Extrait du livre de Laâbi

«Ghita est là, assise sur un petit matelas, habillée comme pour les grandes occasions, la tête serrée dans un foulard jaune safran. Sur un mouchoir brodé, étalé sur le carrelage, elle a disposé son maigre attirail de maquillage: une fiole de khôl, un morceau de souak (écorce de noyer), une soucoupe en terre cuite enduite d’une pellicule de carmin.
La séance commence par une minutieuse toilette des dents, qu’elle frotte énergiquement avec le morceau de souak. Elle ne s’arrête que lorsque ce dernier se réduit à quelques filaments qu’elle mâchouille avant de les recracher.
Entre-temps, c’est vrai, ses dents sont devenues bien blanches et, revers de la médaille, ses doigts tout noircis. Ensuite vient le maquillage proprement dit. Elle humecte de salive un bout de tissu qu’elle a enroulé autour de son index et prélève un peu de carmin. Après avoir apposé trois petites touches rapides au milieu de chaque joue, elle étale avec soin le produit sur toute la surface. Puis elle revient à charge jusqu’à ce que ses joues, à force d’être frottées et refrottées, acquièrent une couleur proche du naturalisme.
Curieusement, ce souci de discrétion n’est pas appliqué aux lèvres, qu’elle enduit copieusement, peut-être parce que sa bouche est minuscule et que, dans un élan de coquetterie, elle veut mettre en valeur ce qu’elle estime être un vrai canon de beauté. Elle s’assure auprès du miroir que cette opération est réussie et passe à la suivante, qu’elle apprécie modérément. C’est qu’avec le khôl elle nage dans la contradiction. Elle l’aime « piquant » et en déteste les effets. Tout en pestant contre la brûlure, elle s’en remet à profusion en chuintant et en claquant la langue de satisfaction.
Après s’être « aveuglée de ses propres mains», comme elle dit, elle essuie ses larmes et s’attaque à ses sourcils. Là encore, le souci de discrétion n’est plus qu’un souvenir. Ses sourcils, qu’elle a fins et clairs, sont élargis et rallongés par des traits qui finissent par dessiner autour de chaque oeil une demi-lune généreuse.»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *