Fès remet sa pendule à l’heure du jazz

Fès remet sa pendule à l’heure du jazz

Le festival de jazz de Fès se donne une nouvelle dénomination :  «Fès Jazz Festival». Cette manifestation sort désormais du cadre étroit des «riads» pour s’ouvrir sur un public diversifié. «Nous avons pour objectif de promouvoir à la fois le jazz et les monuments enchanteurs de la Médina de Fès», fait valoir la directrice artistique de cette rencontre, Fatima Sadiqi. Les initiateurs de la grand-messe comptent inscrire le festival dans l’action de développement que connaît la ville de Fès. Ils affirment vouloir contribuer au développement touristique de la ville. Le festival ne sera donc pas concentré seulement dans l’ancienne Médina et les riads  de Fès, mais sera étalé sur toute la ville de Fès.
Maintenant, en ce qui concerne la musique jazz, les organisateurs dévoilent leur philosophie.  Ils ambitionnent d’éduquer les jeunes surtout à l’amour de ce mode musical dont les racines trempent profondément dans la terre africaine. «Nous voulons mieux faire  connaître les racines aussi bien africaines que méditerranéennes», affirme Fatima Sadiqi. 
Contrairement à une idée courante, l’origine du jazz n’est pas américaine, même si ce genre musical a été développé par les noirs américains. Il s’agit bel et bien d’une musique africaine. C’est cette dimension africaine que le festival veut réhabiliter. Mais il y a plus encore. Le festival de Fès se veut un carrefour où se rencontreraient différents styles de jazz.  Ses organisateurs veulent faire rencontrer le jazz venu d’Amérique et d’Europe avec  les musiques d’origine africaine, orientale, arabe, asiatique.
Que faut-il encore demander?   «Comme toute forme d’art, le Fès Jazz Festival se nourrit  aussi bien de programmation de haut niveau que de jeunes  formations musicales en voie d’évolution qualitative. L’originalité et la réputation de ce Festival en font un lieu de rencontre unique qui pérennise le dialogue interculturel», a expliqué  Mohamed Kabbaj, président du festival.
Comme lors de l’édition 2007, côté programmation, les organisateurs prévoient une procession musicale à Fès Jdid et à travers les ruelles de l’ancienne Médina. Après les Indiens du Jaïpur Maharaja Brass Band, c’est à la fanfare virtuose du Kocani Orkestar de Macédoine et ses cuivres tonitruants que reviendra la tâche d’enflammer les rues et ruelles de la ville ! Au programme également, des récitals qui seront donnés par les quartets de la chanteuse Jilly Jackson et de Célia Tranchand.  Côté lieux, où se déroulera l’événement, il faut retenir le Musée Batha, le Palais Mnebhi et l’Institut français de Fès.


Calendrier des concerts


Vendredi 14 novembre
Riad Mnehbi
20h30 : Concert  inaugural
Randy Weston AfriCAn rythm Quintet – USA
Samedi 15 novembre Riad Mnehbi
16h00 : Anouar Brahem : «Astrakan
Café Trio» – Tunisie
21h00 : Mike Mainieri & steps Ahead – USA
Dimanche 16 novembre
Musée Batha
15h30 : Concert de clôture
Plena Libre (Salsa Jazz) – Porto Rico

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *