Festival de documentaires à Agadir : une fenêtre sur le monde à travers une quarantaine de films

Festival de documentaires à Agadir : une fenêtre sur le monde à travers une quarantaine de films

Le Festival de documentaires à Agadir (FIDA- DOC) entame une nouvelle étape dans son évolution. Pour sa troisième édition, et après, selon les organisateurs (l’Association de culture et d’éducation par l’audiovisuel) «le succès des précédentes éditions», le festival souhaite impliquer le secteur privé dans son financement. «Depuis 3 ans, notre Festival a bénéficié du soutien constant et appuyé du ministère de la Communication et du Centre cinématographique marocain, de la commune urbaine d’Agadir, du conseil régional du tourisme et de la wilaya Ida Outanane. Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins et nous aimerions associer les entreprises du secteur privé à cet événement culturel afin de lui donner le souffle et les moyens nécessaires», a indiqué Nouzha Drissi, directrice générale du FIDADOC lors d’une conférence organisée récemment à Casablanca. Une rencontre marquée par la projection en avant-première d’un documentaire palestinien de Raed Andoni «Fix me» sélectionné en compétition internationale de la troisième édition du Festival international de documentaires à Agadir. Ainsi, pour cette troisième édition qui aura lieu du 9 au 13 novembre 2010, le Festival international de documentaires a reçu plus de 500 films, issus d’une cinquantaine de pays, une cinquantaine en sera sélectionnée. Le FIDADOC proposera donc à son public une nouvelle fenêtre sur le monde à travers une quarantaine de films de tous formats. En plus de la sélection officielle (compétition internationale et programmes thématiques) et des projections en plein air dans différents quartiers de la ville d’Agadir, le public pourra se réjouir cette année d’une programmation spécifiquement destinée aux étudiants, axée sur la production nationale marocaine et une sensibilisation aux «économies alternatives» avec des films évoquant les enjeux du développement durable. Par ailleurs selon les organisateurs, «Classé comme un des festivals marocains de première catégorie, le FIDADOC bénéficie également d’une véritable reconnaissance internationale de la part des manifestations les plus importantes consacrées au cinéma documentaire, tels que le Sunny Side of the Docs et le FID en France, l’IDFA à Amsterdam ou encore le DOX Box en Syrie, avec lesquels l’équipe du FIDADOC collabore tout au long de l’année».

Le FIDADOC vers un festival ambulant
Le FIDADOC pourrait être amené à se déplacer dans d’autres villes et d’autres régions ont indiqué les organisateurs ceci «afin de donner l’opportunité à tous les Marocains d’avoir la meilleure traduction possible d’une ou de plusieurs réalités jusque-là ignorées ou simplement méconnues». D’après la directrice du festival, «le fidadoc aura à ce jour, participé au développement économique et social de la ville d’Agadir, autant qu’à son rayonnement culturel».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *