Festival de Fès : Sacrées soirées

Samedi soir les spectateurs ont afflué en grand nombre à la place Bab Makina a de Fés. Ils sont tous présents pour assister à la soirée de clôture du Festival des musiques sacrées.
Pour cette soirée le programme fut très riche. En effet, l’artiste américaine Liz Mc Comb et le groupe «Gospel Choir of Harlem» ont produit un effet éclatant sur le parterre de personnalités politiques et des représentants du monde des arts et de la culture. Le public était constitué d’une majorité de jeunes. Ces derniers ont rempli les gradins de la place historique de Bab Makina. La première partie du spectacle a été marquée par les chants de Gospel ainsi que le récital de Liz Mc Comb. Avec sa voix ample et profonde cette artiste américaine était accompagnée au piano par Harold Johnson. Tous les ingrédients étaient là pour transformer cette soirée en un véritable moment de magnificence partagée par tous. Une ambiance festive a illuminé la place de Bab El Makina. Les organisateurs de ce festival se sont félicités de la réussite de cette 10ème Edition initiée autour du thème «Traces de lumière». Pour un petit rappel, ce Festival des musiques sacrées de Fès a été lancé en octobre 1994 suite à un débat d’idées entre un groupe d’amis de la ville de Fés.
A l’issue de ses dix années d’existence, le festival gagnant de l’importance a acquis ses lettres de noblesse. En 2001, l’ONU l’a honoré en le nommant parmi les sept évènements mondiaux ayant contribué au dialogue des civilisations. Mis à part les concerts sur les différentes cultures du monde, le festival comprend également des conférences académiques intitulées «Rencontres de Fès». Ces conférences sont animées par des écrivains, hommes politiques, universitaires et représentants d’organisations non gouvernementales nationales et internationales. Ceci sans oublier bien sur les projections de films, ainsi que les expositions de photographies et de peintures.
Mais malgré tout, ce festival est jugé élitiste par les habitants de la ville. En effet, l’accès à la majorité des concerts est payant et pas à n’importe quel prix. Les tickets pour assister aux concerts de Bab Makina et du musée Batha coûtent 400DH. Conscients de cet inconvénient, les organisateurs ont essayé de sauver la mise en élargissant la programmation. Des spectacles gratuits sont désormais organisés à Bab Boujloud. C’est le seul moyen pour intéresser la jeunesse de Fès. A cette occasion, des concerts animés par de grands artistes nationaux et internationaux, ainsi que des soirées soufies se sont tenus gratuitement sur la place Bab Boujloud.
Quant aux enfants, ils n’étaient pas en reste, ils ont pris part aux ateliers organisés au complexe des jeunes d’Al Qods.
Enfin, le Festival de Fès des musiques sacrées du monde a fait l’objet d’un livre intitulé « L’esprit de Fès » qui réunit les différentes communications de personnalités qui ont pris part aux «Rencontres de Fès». C’est ainsi que c’est clôturé samedi soir à Fés le Festival des musiques sacrées. Une clôture sur une note d’optimisme et de joie. Le rendez-vous est donc fixé pour la prochaine édition. Les dates sont dores et déjà connus, la 11ème édition aura lieu du 3 au 11 juin 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *