Festival Europe-Orient du film documentaire à Tanger : Une 5ème édition en 5 jours

Festival Europe-Orient du film documentaire à Tanger : Une 5ème édition en 5 jours

Le festival rend cette année hommage au Marocain Hakim Belabbes connu notamment pour ses oeuvres documentaires, au réalisateur hollandais Robert Hof et au critique cinématographique marocain Khalil Damoune, entre autres.

Le Festival Europe-Orient du film documentaire, dont la 5ème édition est prévue du 19 au 23 septembre à Tanger, se tient désormais en 5 jours. La précision est faite par Sohaib El Ouassani, directeur de cette manifestation, qui rappelle que le festival se tenait en 4 jours. L’augmentation de cette durée étant, selon ses dires, «une nécessité». Le passage à 5 jours est également entrepris en réponse aux adeptes de ce festival qui estiment que le programme est fort condensé bien qu’il soit intéressant. Outre cette augmentation de durée, qui constitue la nouveauté de la 5ème édition, le festival, initié par l’Association marocaine des études médiatiques et des films documentaires, est marqué cette année par l’organisation de 4 ateliers principaux.

Le 1er étant, selon M. El Ouassani, consacré aux journalistes de la presse électronique afin de les initier aux récits documentaires via des plates-formes digitales. Quant au 2ème atelier, il est dédié à l’écriture de scénarios pour des documentaires. Ce workshop est destiné aux jeunes réalisateurs de ce genre de films. La créativité des enfants n’est pas à son tour en reste puisqu’un atelier leur est réservé dans ce sens. Pour sa part, le 4ème atelier, animé par un représentant du CCME, est consacré à l’écriture à partir d’une exposition d’oeuvres de l’artiste-peintre, Rahma Azzouz. Parallèlement à ces workshops, 10 films documentaires sont prévus d’être projetés lors de la compétition officielle de ce festival. En panorama, 30 films sont également programmés. De plus, le festival rend cette année hommage au Marocain Hakim Belabbes connu notamment pour ses oeuvres documentaires, au réalisateur hollandais Robert Hof et au critique cinématographique marocain Khalil Damoune, entre autres. Ceci étant, le festival a, pour rappel, vu le jour à Asilah avant de se déplacer à Tanger malgré certaines contraintes stratégiques dont M. El Ouassani minimise l’ampleur. Cette manifestation est, aux yeux de son directeur, faite pour s’installer dans cette grande ville. «Nous nous sommes aperçus que le festival ne pouvait pas grandir dans une petite ville comme Asilah», enchaîne-t-il.

Ainsi, l’événement est organisé dès sa première édition dans la grande ville de Tanger. Quand même, le directeur reconnaît qu’Asilah a contribué à la renommée du festival. «C’est Mohamed Benaissa, secrétaire général de la Fondation du Forum d’Asilah, qui a baptisé notre festival», enchaîne M. El Ouassani. A propos du film documentaire, le directeur de ce festival estime que le concept demeure nouveau dans le monde arabe et au Maroc. «Il faut investir dans le documentaire de création dans le pays comme c’est le cas pour le documentaire en hassani», estime-t-il.

Une telle démarche est, selon ses dires, de nature à propulser des créateurs et permettre une réconciliation avec le passé, les citoyens et les esprits. «Le documentaire ne peut faire que du bien pour le pays», conclut M. El Ouassani.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *