Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira: Hommage à Mahmoud Guinea, Tayeb Saddiki et Doudou N’diaye Rose

Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira: Hommage à Mahmoud Guinea, Tayeb Saddiki et Doudou N’diaye Rose

 Mokhtar Guinea, frère de Mahmoud, sera rejoint par 12 percussionnistes enfants de Doudou pour une fusion en hommage aux anciens et à l’Afrique des talents, sublimée par la voix profonde de la diva du Sahara : Rachida Talal.

La ville d’Essaouira entre en transe pour sa 19e édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde. Prévue du 12 au 15 mai, cette édition se veut, selon les organisateurs, un hommage aux anciens, aux grands qui ont ouvert la voie, tout en portant les regards vers la jeunesse et la relève assurée. Cette année, le festival rendra d’abord hommage à Mahmoud Guinea, Tayeb Saddiki et au grand Doudou N’diaye Rose. Toujours inspirée de la terre d’Afrique et embrassant le jazz du monde, cette 19e édition célébrera la musique dans toutes ses formes : Gnaoua, Jazz et World music.

Du gnaoua au jazz, en passant par les musiques du monde

La programmation de la 19e édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde se veut un mélange de sonorités marocaines, africaines et internationales. De ce fait, les festivités commenceront par un concert hommage au maître Mahmoud Guinea et au percussionniste sénégalais Doudou N’diaye Rose surnommé «le magicien des rythmes». Mokhtar Guinea, frère de Mahmoud, sera rejoint par 12 percussionnistes enfants de Doudou pour une fusion en hommage aux anciens et à l’Afrique des talents, sublimée par la voix profonde de la diva du Sahara : Rachida Talal. Le programme propose ainsi de grands noms du jazz. À découvrir Randy Weston, Jamaaladeen Tacuma, Christian Scott et Jeff Ballard Trio. À ne pas manquer  une étoile montante, le trompettiste Christian Scott. Vous retrouverez aussi Hoba Hoba Spirit qui ne sont plus à présenter. Le programme propose également Blitz the Ambassador. Originaire du Ghana, ce producteur, compositeur, percussionniste, vidéaste et lyriciste, redéfinit la notion d’homme de mot. Sa musique est aussi sur les immigrants qui ont fait l’Amérique, qui l’ont façonné. Le festival se clôturera sur un concert hommage rendu à Tayeb Seddiki, grand témoin et acteur de la naissance de groupes qui ont révolutionné la musique marocaine pendant les années 70 comme Nass El Ghiwane, Lamchaheb ou Jil Jilala. Ce concert sera dirigé par le fondateur de l’un de ces groupes mythiques en la personne de Mohamed Derham qui sera rejoint par Nabil El Khaldi, Omar Sayed et Maâlem Mustapha Baqbou.

Forum des droits de l’Homme, un des rendez-vous majeur du festival

Comme chaque année, le festival propose le Forum des droits de l’Homme dédié à une thématique définie. Cette année, la thématique sera «Diasporas africaines : racines, mobilités, ancrages». Une cinquième édition de ce forum qui rappelle l’attachement du Maroc à son africanité et qui invite à prendre part au rendez-vous d’un panel d’intervenants émérites. «Nous avons toujours défendu l’ancrage africain du Maroc à travers cette culture. Il y a 20 ans, on ne nous prenait pas vraiment au sérieux. Gnaoua, Essaouira, l’Afrique, ne résonnaient pas. Aujourd’hui, les évènements viennent confirmer que tout cela a du sens. Et c’est bien pour cela qu’avec le Conseil national des droits de l’Homme nous consacrons notre forum à l’Afrique pour la 3e année consécutive», explique à ce sujet Neila Tazi, productrice du festival.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *