Festival international d’équitation Mata: Les cavaliers à l’honneur

Festival international d’équitation Mata: Les cavaliers à l’honneur

Le rideau est tombé, dimanche 24 mai, sur le cinquième Festival international d’équitation Mata, à l’issue de trois jours d’activités qui ont fait le bonheur du public.

Les travaux de clôture de cet événement, qui s’est déroulé à Znied, dans la commune rurale de Larbae Ayacha (province de Larache), ont été marqués par la finale de la compétition équestre Mata, dont le titre a été remporté, cette année, par l’équipe de Béni Gerfet. Selon les organisateurs, cette manifestation vise à préserver et mettre en valeur ce jeu traditionnel équestre, tout en rendant hommage aux cavaliers ayant œuvré par la sauvegarde de cette pratique sportive.

«Cet événement célèbre le jeu ancestral Mata, qui fait partie du patrimoine immatériel de la région. C’est une tradition vieille de quatre siècles qui est pratiquée en général pendant la période des moissons.

Le jeu Mata est, comme par le passé, un symbole de courage et de bravoure, réunissant chaque année un nombre important de jeunes cavaliers», a indiqué le directeur de cette cinquième édition, Nabil Baraka.

Lancée, vendredi 22 mai, en ouverture de ce festival, cette compétition équestre a connu, cette année, la participation de plusieurs équipes de différentes tribus, soit 220 cavaliers. Elles ont toutes fait de leur mieux pour remporter ce titre, symbole de bravoure et de courage.

Les cavaliers devaient, selon la tradition, se maintenir sur le dos de leurs chevaux et disputer «Laaroussa». Il s’agit «d’une poupée réalisée, quelques jours avant le lancement de cette compétition par des femmes et des jeunes filles rurales considérées, depuis toujours, comme partie prenante aux festivités», a souligné M. Baraka.

Il est à noter que les cavaliers de l’équipe gagnante reçoivent généralement le prix des mains du doyen des Chorfas Alamiyine. Ils seront ensuite accueillis comme des héros par les habitants de leur tribu.

Organisés par l’Association Alamia Laaroussia pour l’action sociale et culturelle en partenariat avec le Festival international de la diversité culturelle de l’Unesco, les travaux de cette cinquième édition, qui se sont déroulés sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, s’assignaient pour objectif principal de mettre en valeur le capital immatériel à travers la promotion du sport équestre, l’artisanat, la culture, le tourisme spirituel ainsi que le patrimoine culturel des provinces du Sud. Le programme de ce festival a comporté, en plus du jeu Mata, des expositions des produits du terroir et d’artisanat, des soirées artistiques ainsi que des rencontres autour du thème «Capital immatériel promoteur du développement».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *