Festival international du cinéma méditerranéen : lever de rideau de la 16ème édition

Le coup d’envoi du 16ème FICMT a été donné, samedi soir, en présence d’une pléiade de cinéastes, réalisateurs et artistes, issus du pourtour méditerranéen. Comme prévu, la cérémonie d’inauguration des activités de cette 16ème édition s’annonçait grandiose du fait que ce festival fête son 25ème anniversaire. «Vingt-cinq ans, un long parcours durant lequel les organisateurs de cet événement ont dû faire face à plusieurs difficultés et contraintes mais ont tenu bon pour relever les défis et gagner le pari », a indiqué Nabil Benabdallah, président de la Fondation du FICMT, organisatrice de cette manifestation. Cette 16ème édition programme trois types de films en compétition. Douze longs-métrages, dix-sept courts-métrages et douze documentaires représentant plus de douze pays y seront en lice. «La force et la qualité du programme cinématographique de cette édition indiquent le grand développement que connaît le cinéma méditerranéen», a affirmé le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri. Par ailleurs, cette cérémonie d’ouverture s’est distinguée par la remise du trophée en hommage à la célèbre actrice italienne, Claudia Cardinale. «Elle a su incarner avec maestria plus d’une centaine de rôles cinématographiques, de la tragédie à la comédie. Elle possède ainsi plusieurs facettes dans son répertoire d’artiste», a précisé le réalisateur marocain, Lahcen Zinoun. Un deuxième trophée a été décerné par l’icône du cinéma Mohamed Meftah lors de cette cérémonie inaugurale,  à l’acteur marocain Mohamed Bestaoui. Comme l’exige la tradition, cette cérémonie inaugurale a été l’occasion de présenter les membres des deux jurys constitués par les icônes du cinéma méditerranéen. Le jury des deux catégories de films en compétition est présidé par Pierre-Henri Deleau, co-fondateur français et ancien délégué général de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes pendant ses trente premières années de son existence. Il est accompagné de l’acteur et musicien marocain Younès Megri, la réalisatrice marocaine, Narjess Nejjar, la présidente du Festival Med de Rome, Ginella Vocca et le réalisateur franco-algérien, Ahmed Bouchaâla. Alors que le jury du film documentaire, présidé par Mohamed Mrabet Khaïreddine, scénariste et réalisateur marocain de films documentaires est composé du producteur et réalisateur franco-algérien, Ahmed Bouchaala, le réalisateur égyptien, Saad Hendawi, la scénariste et réalisatrice espagnole, Carla Subirana, le directeur général d’Aljazeera documentaire, l’Egyptien Ahmed Mahfoud, le réalisateur belge Georgis Lazarevski et Mohamed Benaboud, universitaire et chercheur égyptien. Parmi les quatre-vingt-dix films au menu, les cinéphiles seront invités à voir, cette année, près d’une quinzaine de films marocains dont «CasaNegra» de Noureddine Lakhmari, «Les cœurs brûlés» d’Ahmed Maanouni, «La Chambre noire» de Hassan Benjelloun, «Ruses de femmes» de Farida Belyazid. Outre la projection des films, la programmation de ce festival connaît l’organisation d’un colloque international autour de la critique cinématographique, des tables rondes et des ateliers en faveur des élèves des établissements scolaires de la ville.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *