Festival international Issni N Ourgh

Festival international Issni N Ourgh

Le cinéma amazigh sera célébré dans toute sa diversité à la ville d’Agadir. C’est l’occasion du Festival international Issni N’Ourgh du film amazigh qui revient cette année pour sa 6ème édition prévue du 26 au 30 septembre. Cet évènement est initié par l’Association du film Issni N’Ourgh, l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) et le conseil municipal d’Agadir. «L’objectif de ce festival est d’inciter les divers acteurs et intervenants du secteur audiovisuel national à contribuer à la promotion et la production cinématographiques amazighes», souligne son directeur Rachid Bouksim.
A l’instar des dernières éditions, et après l’accueil du cinéma kurde, l’an dernier, le FINIFA fait, cette année, la place belle au cinéma touareg. «On a voulu rendre hommage à la culture touareg à travers la projection d’une sélection de films», explique-t-il. Par ailleurs, plus de 30 films étrangers issus de plusieurs pays seront projetés à l’issue de cette manifestation dédiée  au film amazigh. «Ce qui particularise cette édition, c’est l’organisation d’une rencontre internationale placée sous le thème «Le cinéma et la mémoire». En fait, cette conférence réunira plusieurs cinéastes nationaux et étrangers pour débattre de la relation de la mémoire avec le cinéma. Il est à signaler, qu’il y a seulement quelques jours, il a été procédé à la création du fonds d’aide destiné à la production amazighe, initié par les organisateurs du Festival Issni N’Ourgh, en partenariat avec la commune urbaine d’Agadir.
Ce programme d’aide a pour objectif d’encourager la production audiovisuelle et la création artistique à travers la sélection de trois meilleurs scénarios qui répondent aux éléments d’évaluation artistique et respectent la culture et les valeurs amazighes. «Le montant de ce fonds est aux alentours de 140 mille dirhams et est destiné à des courts métrages d’une durée maximale de 15 minutes», avoue M. Bouksim. D’ailleurs, chaque projet faisant l’objet d’une demande d’aide à la production est soumis à un jury composé de professionnels qui, après examen du dossier et lecture du scénario, établira une présélection des projets retenus. «Les trois candidats sélectionnés suivront une formation à l’écriture des scénarios lors de ce festival. Cette formation d’une durée de 15 jours sera assurée par Ian Skorodin», conclut M. Bouksim.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *