Festival national du film de Tanger : Timité Bassori et Martine Zevort présidents des jurys

Festival national du film de Tanger : Timité Bassori et Martine Zevort présidents des jurys

Le Centre cinématographique marocain vient d’annoncer le nom des présidents du jury de la 11ème édition du Festival national du film de Tanger qui se déroulera du 23 au 30 janvier. Composé de sept membres, le jury de la compétition long métrage sera présidé par le cinéaste ivoirien et l’un des pionniers du cinéma africain Timité Bassori, a annoncé récemment le Centre cinématographique marocain (CCM). Né en 1933 à Aboisso en Côte d’Ivoire, le réalisateur Timité Bassori a étudié à l’Institut des hautes études cinématographiques (l’IDHEC) à Paris. Ce réalisateur ivoirien compte à son actif plusieurs films, dont «La femme à couteau». Ce film a été réalisé en 1969, il est interprété par les acteurs Mary Viera, Danielle Alloh, Emmanuel Diman. Notons que la 12 ème édition du festival de Khouribga qui s’est déroulé du 18 au 25 juillet 2009 lui avait rendu un hommage. Lors de cet évènement, Noureddine Sail, président de la (FCAK), a qualifié Timité Bassori «d’un homme dont on parle peu, homme discret, réservé, célibataire endurci, grand cinéaste africain, une référence pour les cinéphiles en Afrique, et un immense réalisateur qui a pour seul engagement : le cinéma africain». En ce qui concerne le jury de la compétition des courts métrages, il est composé de cinq membres. Il sera présidé par Martine Zevort, chef monteuse et enseignante à l’Ecole surpérieure des arts visuels (ESAV) de Marrakech, a indiqué le CCM, précisant que les autres membres des jurys seront communiqués ultérieurement. Rappelons que quatorze courts métrages concourent dans compétition officielle de cette 11 ème édition.
Cette sélection a été mise en place après une réunion organisée par la commission au siège du Centre cinématographique marocain (CCM) à Rabat. La commission est présidée par l’universitaire et critique de cinéma, Hamid Aidouni, et composée de M’hamed Sallou, de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boughaba, journaliste et critique de cinéma, Abdelilah El Khalifi, universitaire et critique de cinéma et Yassin Adnan, écrivain et journaliste. Parmi les quatorze films sélectionnés, on cite «A ton chevet» de Abdeslam Kelai, «Courmétragique» de Youssef Britel, «Silence à haute voix» de Driss Idrissi « L’âme perdue» de Jihane El Bahhar, «Allo Pizza» de Mourad El Khaoudi, « Rires en larmes» de Mohamed Labdaoui, «Pour la vie» de Mohamed Nasrat, «Le retour» de Mohamed Zirat , «Dans la cuisine » de Tarik Benbrahim, «Poupiya» de Samia Charkioui, «La jeune femme et l’école» de Mohamed Nadif, «Camille et Jamila» de Souad Amidou, «Fatma» de Samia Charkioui, «Sin palabras» de Othman Nacir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *