FICM de Tétouan 2013 : Retour sur le drame de 3.000 Morisques expulsés d Espagne

FICM de Tétouan 2013 : Retour sur le drame de 3.000 Morisques expulsés d Espagne

L’histoire des Morisques expulsés d’Espagne continue d’inspirer les créateurs dont des cinéastes qui se sont lancés ces dernières années dans la réalisation d’une série de films traitant de ce thème sous différents angles. C’est ce qu’ont essayé de démontrer les participants à une table ronde tenue, lundi 25 mars, sous le thème «Le cinéma et l’histoire des Morisques», et ce dans le cadre du FICM de Tétouan 2013. Organisée par la Fondation Al-Idrissi hispano-marocaine, cette table ronde s’assignait pour objectif principal «d’ouvrir de nouveau ce dossier dans un style artistique et créatif pour tirer les enseignements des événements historiques tristes et d’édifier les bases solides et durables de tolérance et de coexistence parmi les peuples du monde en général et ceux méditerranéens en particulier», selon les organisateurs.   
Les intervenants ont tenu à évoquer, lors de cette rencontre, le drame de près de 300.000 Morisques, qui ont été expulsés au 16ème siècle d’Espagne. «Ceux qui sont restés en Espagne se sont convertis au christianisme pour pouvoir conserver leurs biens et terres», a indiqué José Maria Perceval, chercheur universitaire et spécialiste dans ce domaine à l’Université de Barcelone.
Les participants à cette table ronde ont déploré l’intolérance et le racisme socioculturel dont ont été victimes à l’époque les musulmans d’Andalousie. Ces derniers qui étaient espagnols par leur appartenance à leur pays «sont restés attachés à leurs racines», a dit Ahmed Tahiri, chercheur à l’Université de Séville, faisant remarquer que rien n’a pu leur faire oublier leurs traditions religieuses et culturelles, «ils ont continué à pratiquer leur culte en secret».
Il est à souligner que quatre films espagnols traitant du thème relatif à l’expulsion des Morisques d’Espagne sont programmés au cours de ce dix-neuvième festival. Il s’agit de «L’énigme des livres du plomb» du réalisateur Oscar Burdullas, qui a ouvert la compétition officielle des films documentaires et qui parle de l’époque de la reconquête en mars 1588 de la ville andalouse. Il y a lieu de citer aussi «L’amour de la patrie» d’Angel Hermandez Garcia et Pedro Martin Millan, «La route du califat» de Pilar Tavora et «Les expulsés de 1609: drame des Morisques» de Miguel E. Lopez Loca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *