FICM de Tétouan 2013 : «Yemma» de Rachid El Ouali ouvre le bal

FICM de Tétouan 2013  : «Yemma» de Rachid El Ouali  ouvre le bal

Le compte à rebours a commencé pour la dix-neuvième édition du FICM de Tétouan. La cérémonie d’ouverture de cet événement cinématographique connaîtra, samedi 23 mars, la projection du long-métrage marocain «Yemma» hors compétition au prestigieux Teatro Español, créé en 1916. Ce film dont le tournage s’est déroulé au Maroc et en Corse fait porter au célèbre artiste marocain Rachid El Ouali la triple casquette de cinéaste, producteur et acteur. Coécrit par le réalisateur himself et Hicham Asri, le scénario de «Yemma» met en scène une pléiade de comédiens tels que Nadia Alami, Souad Hamidou, Marc Samuel, Hassan Foulane et Hicham El Ouali. L’histoire du film parle de Boujemâa, incarné par Rachid El Ouali, qui est un créateur en publicité de 40 ans très influencé par sa mère. Il vient de faire connaissance avec une Corse sur la Toile. Boujemâa se sent au fil des jours attaché à cette jeune femme dont il découvre une certaine ressemblance avec sa mère. Ce qui l’encourage à voyager en Corse pour rencontrer sa bien-aimée.
Cette dix-neuvième édition sera clôturée par le long-métrage documentaire italien «César doit mourir» des célèbres frères Vittorio et Paolo Taviani. Ce beau film dont le tournage s’est déroulé en prison n’est pas, de l’avis des critiques, un documentaire comme les autres. Il est interprété par des prisonniers qui ont parlé de leur enfermement. Sorti en salles en octobre 2012, ce documentaire en noir et blanc a valu à Vittorio et Paolo, âgés respectivement de 83 et 81 ans, l’Ours d’or lors du dernier Festival international du film de Berlin.
Par ailleurs et à l’instar des années précédentes, ce dix-neuvième festival qui se tiendra du 23 au 31 mars, connaîtra, en plus de la programmation des films en compétition officielle dans les trois catégories de longs-métrages, courts-métrages et documentaires, la projection d’une sélection d’autres créations aussi bien au Maroc qu’à l’étranger. Les organisateurs ont décidé d’organiser cette année une autre compétition dédiée aux courts-métrages et à intérêt pédagogique. Des hommages seront rendus à des artistes ayant marqué de leur empreinte le cinéma méditerranéen.
Le programme de ce festival comporte aussi des rencontres autour des films en compétition ainsi que des tables rondes sur le film et l’écriture romanesques au Maroc, la coproduction et l’histoire des Morisques dans le cinéma méditerranéen.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *