FIFM : Marrakech en ébullition

FIFM : Marrakech en ébullition

Silence on tourne ! La quatrième édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM) s’est ouvert hier soir dans une ambiance de fête. Cette quatrième édition a déroulé le tapis rouge pour accueillir le grand gotha du cinéma mondial. Des stars de la trempe de Sean Connery, Claudia Cardinale et Youssef Chahine n’ont pas manqué au rendez-vous. Un rendez-vous devenu maintenant annuel depuis la création du FIFM en 2001. Stars et paillettes sont d’ores et déja devenus incontournables et vont de pair avec le FIFM. Ainsi, à chaque nouveau passage de cette manifestation cinématographique, la ville ocre en tire profit. Des profits sur le plan culturel mais aussi économique.
Même en dehors du Festival du cinéma, Marrakech est connue pour être une ville très active sur le plan touristique. Elle est très prisée de la part des touristes étrangers, en majorité français.
Cependant, le Festival du cinéma augmente davantage le nombre d’arrivées vers cette destination touristique. « Quand ils ont découvert le festival, les gens sont de plus en plus nombreux à assister à cette manifestation, ils en parlent dans leur entourage », déclare le maire de Marrakech, Omar Jazouli.
Du coup, selon les spécialistes, c’est toute une dynamique qui est créée pendant toute la période du festival. Ce dernier a des retombées directs sur la ville. Ces retombées sont d’abord économiques. « Le FIFM fait de la publicité pour Marrakech, et cela lui permet également de s’activer sur le plan économique », ajoute Omar Jazouli. Ce dernier déclare également dans ce cadre, qu’une fois présents à Marrakech pour assister au festival, les visiteurs en profitent pour acheter des maisons, des riyads. Cela fait partie de la politique touristique de cette ville dont l’économie est basée essentiellement sur le tourisme. Maintenant, le cinéma vient s’ajouter à la liste et devient de plus en plus un facteur de développement économique de la ville. Le FIFM est une des grandes composantes de cette dynamique dans laquelle se trouve Marrakech.
Les visiteurs du festival en profitent également pour faire un tour à quelques endroits très connus de la ville comme la médina de Marrakech, ainsi que la place Jamâa El Fnâa. Ils en profitent pour faire leur shopping et du coup l’artisanat est également un secteur qui se fructifie pendant cette période du festival. « Les gens achètent les produits de l’artisanat, et tous les sortes de commerces fonctionnent bien pendant cette période », déclare Omar Jazouli. Restaurants et magazins sont aussi très fructifs pendant la période du festival.
En parralèle avec cette dynamique économique créée par le FIFM, il existe également des retombées culturels sur la ville. En effet, pendant les jours ordinaires, les Marrakchis ménent leur train-train quotidien de manière paisible. La culture est, aussi, un secteur qui est en état de marche pendant la durée du Festival de Marrakech. Les galeries d’art en profitent également pour organiser des expositions pendant la même époque du festival. C’est le cas de la galerie Tadghart qui organise, à l’occasion du FIFM, une exposition d’affiches de films internationaux. Ce sont des affiches de collection des années 60 jusqu’à la fin du 20ème siècle. Aussi, la population marrakchie en profite également pour développer leurs connaissances cinématographiques et de voir en avant-première des films internationaux, grâce à l’écran géant qui prend place à chaque édition du FIFM à Jamâa El Fnaa.
En somme, le FIFM a, en plus de sa vocation culturelle et artistique, le pouvoir de drainer des foules de plus en plus nombreuses à Marrakech. Pour accueillir ces masses, et d’après les propos du maire de cette cité, « Marrakech est belle, mais elle doit s’embellir davantage pour relever le défi ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *