Fondation Attijariwafa bank: «Arts transsahariens, vision contemporaine» à l’espace d’art Moulay Ali Kettani

Fondation Attijariwafa bank: «Arts transsahariens, vision contemporaine» à l’espace d’art Moulay Ali Kettani

«La réouverture de cet espace entend marquer une montée en puissance de l’engagement de la Fondation Attijariwafa bank envers l’art et la culture, renforcer le sentiment d’appartenance de ses collaborateurs…».

La Fondation Attijariwafa bank rouvre l’espace d’art de son siège Hassan II. Cet espace, baptisé espace d’art Moulay Ali Kettani, abrite jusqu’au 30 juin 2016 une exposition de photographies d’objets d’art intitulée «Arts transsahariens, vision contemporaine». Celle-ci est en effet un prolongement de l’exposition initiale «Arts transsahariens, un art de vivre perpétuel», actuellement en cours à l’espace d’art Actua du siège Moulay Youssef.

«La réouverture de cet espace entend marquer une montée en puissance de l’engagement de la Fondation Attijariwafa bank envers l’art et la culture, renforcer le sentiment d’appartenance de ses collaborateurs et enfin, replacer cet espace, jadis espace d’exposition de l’Ex-Wafa bank, dans l’histoire de la banque», indique le communiqué de la fondation.

Et d’ajouter : «L’exposition Arts transsahariens, vision contemporaine à l’espace d’art Moulay Ali Kettani est l’occasion de montrer l’attachement du Groupe Attijariwafa bank à la conservation et à la promotion du patrimoine marocain et panafricain». Pour rappel, «Arts transsahariens, un art de vivre perpétuel» est une exposition organisée en marge de la 4ème édition du forum international Afrique Développement. Elle  propose de découvrir une multitude d’objets d’art traditionnels, de l’habitat nomade et sédentaire dans les espaces transsahariens, du sud du Maroc aux rives du Niger. Elle est conçue d’ailleurs comme une invitation à explorer le quotidien des différentes populations sahariennes et touaregs à différents moments de leur vie sociale, principalement au travers de la vie sous la tente, de l’art de la monture et du voyage en caravane, des festivités, de la musique…
Afin d’aider à mieux comprendre l’univers désertique, sa culture, la provenance des objets, leur utilité et leur lien avec le monde matériel et spirituel, la Fondation Attijariwafa bank s’est appuyée pour organiser cette exposition sur l’expertise du chercheur anthropologue Ahmed Skounti et sur le partenariat avec l’Institut national d’archéologie et du patrimoine de Rabat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *